La Caritas Congo apporte sa seconde assistance aux refoulés de Brazza

0
34

caritas Congo_0Fidèle à sa promesse, la Caritas Congo Asbl a procédé à la deuxième distribution des vivres aux refoulés de Brazza cantonnés au centre d’instruction de la Police nationale congolaise dans la commune Maluku. Avec à sa tête les archevêque et évêques de Bukavu, Budjala, Kikwit, Wamba et Kindu, la Caritas Congo a remis, le samedi 21 juin 2014, un lot composé de riz, haricots, sel de cuisine ainsi que de l’huile végétale à 3.000 personnes réparties dans les 40 villages de ce centre de transit. Ces colis sont destinés à soulager les bénéficiaires pendant un mois avant la prochaine distribution qui s’effectuera au mois de juillet prochain. Cet acte généreux a été réalisé grâce à un financement de la Cordaid, la Caritas des Etats-Unis d’Amérique, la Caritas internationale Belgique, la Caritas allemande ainsi que le Secours catholique. Sans pouvoir se substituer à l’Etat à qui elle a demandé de tout faire pour permettre à ces refoulés de retourner dans leurs familles biologiques respectives, la délégation des évêques a premièrement félicité les refoulés d’être rentrés au pays. Ensuite, elle a justifié son  action par la communion qui existe entre ces refoulés de Brazzaville et la communauté catholique. Pour les bénéficiaires ainsi que les services des Affaires sociales, cette seconde intervention de la Caritas Congo tombe au bon moment. Une rupture de stock est déjà enregistrée et il n’y avait pas de piste de solution. Heureusement que la Caritas a tenu sa promesse faite au mois de mai dernier. A titre de rappel, le 6 juin dernier, il y avait encore 3.418 personnes sur le site. Elles sont victimes des expulsions massives opérées depuis le 4 avril 2014 sur ordre des autorités de la République du Congo Brazzaville. Même si cette vague d’expulsés continue à fouler le sol RD congolais, il sied de souligner que près de 3.000  autres expulsés ont déjà été acheminés vers leurs provinces d’origine. Pour sauver des vies et soulager la souffrance de ces milliers d’expulsés, le Réseau Caritas a entamé une 1ère action en leur donnant des vivres, du 19 au 21 mai 2014. Par ailleurs, il faut signaler que le centre d’hébergement a déjà enregistré sept décès dont deux enfants, trois femmes et deux hommes. Morts causées, selon les services des Affaires sociales installés sur place, par les violences subies par ces personnes au moment de leur refoulement par les autorités brazzavilloises.

Yves Kadima

LEAVE A REPLY

*