La campagne d’excellence «Plus de couleurs» bien partie

0
109
En marge de la toute première journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, célébrée le 13 juin 2015 au jardin Botanique de Kinshasa, la coordination du mouvement « Plus de couleurs » a annoncé le lancement de la campagne portant le même nom, dont la clôture consacrera l’organisation du premier festival des albinos de la RD Congo. Evènement programmé du 27 au 29 août 2015, il vise à mettre sous les projecteurs les innombrables talents des personnes atteintes de l’albinisme en RDC et ailleurs, afin de briser les barrières des discriminations basées sur la couleur de la peau. « Nous sommes convaincus qu’il est temps de montrer publiquement qu’il existe de nombreux talents méconnus chez les albinos… », a indiqué Yan Mambo, coordonnateur de « Plus de couleurs », dans une salle remplie comme un œuf par des albinos. 
A l’en croire, durant ces 3 journées, plusieurs activités scientifico-ludiques (conférences scientifiques, défilé de mode, campagne de sensibilisation, témoignages, formation, marche, concert, etc.) seront à l’affiche. «Nous sommes davantage motivés par la décision de l’Organisation des Nations-Unies de consacrer le 13 juin de chaque année comme journée internationale de l’albinisme. Il s’agit d’une grande avancée pour sensibiliser le grand public aux difficultés des albinos dans leur vie quotidienne et lutter contre le rejet qu’ils subissent dans certaines sociétés. Maintenant, la balle est dans notre camp pour montrer de quoi nous sommes capables… », a expliqué Yan Mambo.
D’ores et déjà, a-t-il confié, il lance un appel aux personnes enclines à promouvoir l’égalité entre humains à soutenir ce projet particulièrement favorable aux personnes atteintes d’albinisme, surtout du fait qu’elles continuent à faire face à des violences extrêmes et à souffrir de discrimination, de stigmatisation et d’exclusion sociale. « Si certains sont émerveillés par l’albinisme et pensent qu’il porte bonheur, il est pour d’autres, synonyme de malédiction… », soutient Yan Mambo. A titre exemplatif, dans de nombreux pays d’Afrique, les personnes atteintes d’albinisme sont victimes d’attaques, de stigmatisation, de rejet social voire de mutilations et de crimes rituels opérés pour la confection des gris-gris. Entre 2000 et 2013, plus de deux cents attaques perpétrées contre des personnes atteintes d’albinisme dans 15 pays (principalement en Afrique) avaient été signalées au Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’homme (HCDH). « Très souvent, les agresseurs agissent en toute impunité et les victimes sont confrontées à de nombreuses difficultés pour soumettre leur cas à la justice, car elles craignent des représailles ou une discrimination encore plus grande » a-t-il conclu, avant de dévoiler que ces actes barbares ont poussé l’Assemblée générale des Nations Unies à adopter en juin et en septembre de l’année passée deux résolutions historiques visant à protéger les droits des personnes atteintes d’albinisme.
Il convient de noter qu’au jardin botanique de Kinshasa, les festivités ont été conduites par la Fondation Mwimba Texas (FMT), du nom de l’ancien catcheur Mwimba Makiese Alphonse, qui consent beaucoup d’efforts en RDC afin que les personnes atteintes de l’albinisme prennent leur place légitime dans notre société. Son crédo est que les albinos méritent amour, respect et surtout dignité. Plusieurs partenaires ont rehaussé de leur présence cette journée internationale, parmi lesquels la Primature de la RDC, les représentants des organisations « Dan Gertler », « Under the same sun », le Centre ophtalmologique de Masina, etc.
Notons que «Plus de couleurs» se présente comme un mouvement regroupant des associations, organisations,  structures et personnalités  impliquées volontairement dans la lutte pour l’abolition des discriminations basées sur la couleur de la peau en RD Congo. Il mène, depuis plus d’un an, cette campagne destinée aussi à l’intégration complète des albinos dans la société.
Obed Kabangu et
Labrisseaux Laosen
(stagiaires IFASIC)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •