La Bralima a mis au point le programme «BABF»

0
167

Zemanta Related Posts ThumbnailEn sa qualité de leader dans le domaine des brasseries en RDC, la Bralima est toujours animée d’un double souci, à savoir, offrir des produits de qualité aux consommateurs des boissons alcoolisées et  gazeuses  et  s’illustrer par la qualité de ses services. 

Dans le souci de promouvoir une production nettement plus écologique, la Bralima a mis  au point récemment un  programme  intéressant dénommé BABF ou Brasseur d’un avenir meilleur.

En somme,  les brasseurs de l’avenue Drapeau sont simplement soucieux  de préserver notre environnement et par la même occasion promouvoir le développement durable.

Le programme en question repose sur des éléments de base qui entrent dans la production des boissons, à savoir : les matières premières, l’énergie…. et même l’élément humain.

– Energie : elle est considérée comme la clé de voûte de ce programme. BABF prône la réduction de la consommation de l’électricité et de l’émission de CO 2

– Eau : Réduction de la consommation d’eau et traitement des eaux usées.

– Sécurité : Ayant souvent à cœur la sécurité de ses agents et cadres , des visiteurs de passage à l’usine, la Bralima ne ménage  pas ses efforts pour réduire de manière drastique les accidents en milieu de travail. Elle a choisi comme devise : accident moyenne 0.

–        Agriculture : Privilégier la production locale en ce qui concerne la fabrication des boissons.

– Consommation : responsable de la bière. L’abus de l’alcool entraîne des conséquences fâcheuses dans le corps humain.

– Impact dans la société : Etre une valeur ajoutée pour le bien-être de la population.

– Chaîne d’approvisionnement : la Bralima s’est engagée dans une perspective d’amélioration de la chaîne d’approvisionnement tant en termes d’éthique que d’environnement.

 

En conclusion pour une entreprise qui tient jalousement à maintenir son leadership dans le domaine brassicole, il est normal qu’il ait mis au point BABF au moment où elle  totalise 90 ans d’existence.

    Jean-Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*