La bande à «  Gouverneur » frappe : un jeune homme tué et sa copine violentée

0
121

La nouvelle légende de la criminalité dans la commune de Makala, symbolisée par un certain «  gouverneur », Kuluna de son état, vient d’être neutralisée par des unités de la police provinciale de la ville de Kinshasa. Et ce, à la satisfaction des habitants de la commune, tous soucieux de voir la police traquer les autres membres de la bande et mettre fin à cette fameuse légende.

Le sinistre personnage de ce délinquant qui a fait trembler Makala et Yolo, en semant mort et désolation, selon toute vraisemblance, n’était pas encore parvenu au bout de son safari criminel. En effet, jusque dans la nuit du 23 au 24 août 2015, une source signalait un chapelet d’actes de banditisme à Makala. La signature dévoilait l’empreinte à n’en point douter, de celui qui sera identifié plus tard comme étant Kimbulu Mpoy alias « Gouverneur ».

Cette nuit-là, l’obscurité couvre cette commune de son voile pourpre. Quelques points lumineux sont étouffés par des poches noires provoquées par le délestage du courant électrique. Sur certaines rues, trônent des groupes de malfaiteurs en quête des victimes. La bande à Kimbulu Mpoy alias «Gouverneur» est aux avant-postes du banditisme urbain.

Postée au croisement des avenues Mawanga et  Zaba, cette écurie impose sa loi à tout passant. Tous les noctambules de passage dans ce secteur sont fouillés et dépuoillés. Personne n’échappe à la fureur du groupe des malfaiteurs. Surprenant est le fait que dans les rues, pas l’ombre d’une patrouille pédestre d’éments du commissariat de la police de Makala.  En promenade, le jeune Yannick Ntambula Mampuya, 30 ans, habitant sur avenue Bukanga, quartier Salongo, dans cette commune, et sa copine Esther Kifu. Leur conversation sera brutalement interrompue par l’apparition soudaine d’une bande de Kuluna. A combien étaient-ils ? Peut-on interroger aujourd’hui les victimes. Ils étaient nombreux. Une dizaine, probablement, pense une jeune fille sans donner plus de précision.

– «On veut de l’argent», tonne le chef de bande. «Mais on n’a rien et comprenez-nous», supplie Yannick Ntambula Mampuya.

Les marginaux persistent, dans leurs exigences. «Pas d’argent, on retient ta copine». La jeune fille qui tremblote, s’agrippe au bras de son amant, comme si elle sollicitait sa protection. La discussion s’enflamme. Les délinquants brandissent des machettes et demandent à Yannick de quitter le lieu, en abandonnant Esther Kifu. Chose qu’il accepte pas. Cette résistance est un affront lancé aux malfaiteurs qui vont se déchaîner sur le duo. Un premier coup. Un second. Grièvement blessé sur le cuir chevelu, Ntambula Mampuya saigne abondamment. Il s’écroule pendant qu’on lui assène d’autres coups de machette. Ensanglanté et chemise maquillée de sang, il est méconnaissable.

Devant l’horreur, la jeune Esther Kifu éclate en sanglots. Ce qui n’attriste pas les délinquants déchaînés et surexcités. Elle sera violentée par quelques marginaux, pendant que les autres membres de la bande fouillent Yannick se tordant de douleurs. Ce coup a rapporté aux malfaiteurs comme butins : deux téléphones portables et la somme de 8.000 FC.

La bande des  12 Apôtres continue à terroriser  Makala et Kalamu

             Après le départ des Kuluna, les badauds accourus au croisement des avenues Mawanga et Zaba, ont conduit Yannick au centre médical CTAD. C’est là que le personnel soignant a signalé que la victime était déjà décédée avant d’atteindre ce point de secours.

Toujours traumatisée, Esther Kifu n’ose pas repenser à l’agression de ces marginaux qui pour elle, demeure un cauchemar insupportable.

            Aux obsèques organisées en mémoire de Yannick Ntambula Mampuya, la colère de la famille éprouvée et la promesse de coopérer avec la police dans le cadre de la lutte contre le banditisme urbain étaiednt sans équivoque. Voilà qu’une semaine plus tard, on apprenait que les unités de la police provinciale venaient de mettre hors d’état de nuire, trois membres de la bande. Il y avait Kimbulu Mpoy alias «gouverneur», la tête de l’écurie, son acolyte Junior Matumona Nduindu résidant sur avenue Kianza, quartier Baobab, commune de Ngaba, ainsi qu’une jeune fille, receleuse de son état, qui se charge d’acheter les butins et de les écouler.  Elle a été identifiée comme étant Chimène Mikisu Milandu.

            Signalons que lors de la chasse lancée contre ces tueurs, la police est également tombée comme par hasard sur le sous-commissaire adjoint Gaby Tambwe Lumbu. Ce sous-officier affublé du surnom de «  Benda bord », jouissait de la réputation sinistre de malfaiteur. Récidiviste patenté, et membre de la célèbre «écurie de 12 Apôtres», il aligne à son actif un certain nombre d’extorsions. Terrain de prédilection : Makala et Kalamu. Cette bande se dispute aussi le leadership du banditisme dans cette partie de la capitale, avec les écuries rivales. Ce qui fait de Makala, une véritable poudrière où prolifère une multitude de groupes de marginaux.

            La police provinciale ferait mieux de poursuivre sa lutte contre la criminalité dans les communes de Makala et Kalamu, afin de ramener la paix et la quiétude au bénéfice des populations.

                                                                                                      J.R.T.