Kutino : 4ème anniversaire à Makala

0
39

L’Archibishop Kutino Fernando, chef spirituel de la « Mission Mondiale Message de Vie », a « fêté » le samedi 15 mai 2010, dans la méditation et la prière, le 4me anniversaire de son entrée à la Prison Centrale de Makala. En effet, c’est le 15 mai 2006, une semaine après son retour d’un exil de trois ans (2003-2006) en Europe et 24 heures après son arrestation au terme d’un culte qu’il avait célébré au stade Tata Raphaël, que ce ministre de Dieu avait été transféré dans ce centre pénitencier.

Lors de son arrestation, plusieurs de ses biens personnels avaient pris une destination inconnue, notamment un tableau de Picasso et une vache lui offerte en guise d’offrande.

Son long feuilleton judiciaire avait démarré par un mandat délivré par le Procureur du Parquet près le Tribunal de Grande Instance de Gombe, au lieu de son collègue de Kalamu, territorialement compétent en la matière. Puis son dossier avait atterri à la Cour militaire de Gombe. Ici, trois chefs d’accusation étaient mis à sa charge : incitation au soulèvement, à la haine raciale, propos xénophobes et détention illégale d’armes de guerre.

Condamné à 20 ans de prison au premier comme au second degrés, sans que des preuves de sa culpabilité n’aient été apportées, il va suivre les manifestations du Cinquantenaire de l’indépendance du pays à partir de sa cellule. Interrogé à l’occasion sur la suite qu’il comptait réserver à tout ce qui lui arrive ainsi qu’à son église, il a eu une curieuse réponse : « Le pardon ! Je n’ai que cela à donner, surtout par ces temps où le pays fête le jubilé. Ma vie n’est rien sans la Parole de Dieu, et celle-ci me le recommande dans Lévitique 25 : 8-23. Je n’ai donc pas d’autre choix que de m’y plier ».

On rappelle que les ennuis de celui que l’on appelle « Papa Archi » avaient commencé en juin 2003, lorsqu’il avait décidé de lancer une opération d’éveil patriotique dénommée « Sauvons le Congo ». C’était dans la droite ligne du sentiment nationaliste qui, deux ans plus tôt, l’avait conduit à organiser un grand rassemblement de prière pour la réussite du Dialogue Intercongolais. L’objectif de « Sauvons le Congo » était de jeter les bases d’un pardon sincère entre Congolais en vue d’une véritable réconciliation nationale.

Mal compris et interprété, le mouvement s’était soldé par la mise à sac du siège de son église, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu et l’arrestation de plusieurs de ses fidèles. Après avoir échappé à la rafle, il avait dû sortir clandestinement du pays, pour se mettre à l’abri. L’autorité urbaine de l’époque avait décrété la fermeture de la Mission Mondiale Message de Vie, pour une durée indéterminée qui s’était finalement étendue sur une année, alors que juridiquement la sanction ne pouvait excéder 3 mois. Pendant le passage à vide, biens et matériels de l’église avaient été pillés, en toute impunité. C’est feu bâtonnier  Kisimba Ngoy, alors ministre de la Justice, qui avait fini par mettre un terme à l’illégalité.

Par la suite, d’autres cas de pillages et tracasseries avaient touché l’église, déguerpie de son siège de Kasa-Vubu en dépit des avis contraires du 1er Président de la Cour Suprême de Justice, de l’Inspecteur Général des services Judiciaires et du Greffier en Chef de la CSJ. La Radio Télé Message de Vie avait connu le même sort à Binza/Pigeon, sur le site de la RTNC.

                                                                                  Kimp.

 

LEAVE A REPLY

*