Kongo Central : deux nouveaux postes de contrôle à Lukala et Kasangulu pour traquer les fraudeurs

0
98

L’accalmie constatée n’était qu’éphémère. La fraude reprend de plus belle dans le Kongo Central notamment aux postes frontaliers. Alerté par le Premier ministre à travers une correspondance sur la reprise de la fraude notamment aux postes frontaliers dans la province du Kongo Central, le ministre d’Etat à l’Economie nationale, Joseph Kapika, a
convoqué hier dans son cabinet une réunion avec les opérateurs économiques, les responsables des services étatiques opérant aux frontières ainsi que les responsables des services de l’assiette, à savoir la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) et l’Office Congolais de Contrôle (OCC).

En effet, selon le rapport des services compétents, on a noté la recrudescence de la fraude aux frontières de la RDC avec l’Angola.
Cela s’opère dans l’espace de temps compris entre 18 heures et 7heures du matin, au moment où les bureaux de différents services sont fermés. C’est pendant ce temps qu’on remarque l’entrée frauduleuse de beaucoup de marchandises en provenance de l’Angola en petites quantités aux différents points d’entrée, pour enfin être transversés dans des
camions pleins de marchandises qu’on amène à Kinshasa et d’autres coins du pays pour vendre.
Les mêmes sources ayant alerté l’autorité de l’existence de ces
pratiques maffieuses, citent les hommes en uniformes et quelques
inciviques qui sont à la base de la situation. Ils s’érigent en
protecteurs de ceux qui importent des marchandises de l’Angola et
refusent de se soumettre aux formalités de dédouanement, mais
préfèrent entrer frauduleusement au pays.
Le ciment, le sucre, les barres de fer, la farine de froment, la
bière…constituent la liste des biens les plus importés par cette voie
maffieuse. Ceux qui les importent s’arrangent avec leurs « protecteurs
» pour échapper au dédouanement de leurs marchandises et au contrôle
de qualité exercé par l’OCC. Les frontières situées dans les
territoires de Lukala et Kasangulu sont les plus prisées par ces
inciviques.
On signale aussi une situation similaire à Boma où selon les
informations parvenues à l’autorité, Mme la Maire s’opposerait à
l’installation des services faisant partie de l’ordre opérationnel
dans sa juridiction. Alors qu’il s’agit d’un poste frontalier, s’est
exclamé le ministre Kapika, en promettant que tout sera mis en place
pour permettre à ces services de faire leur travail. Même situation de
fraude est également signalée à Muanda, précisément au port maritime
de Banana.
Pour faire face à la situation, il a été décidé la création de deux
postes frontaliers à Kasangulu et à Lukala. A ces postes, il sera
procédé à la fouille systématique de tous les véhicules en provenance
du Kongo Central. Seuls les véhicules des opérateurs connus et en
ordre auront le libre accès. Pour les autres véhicules dont les
propriétaires ne sont pas répertoriés sur la liste des opérateurs en
règle, on devra connaître l’origine des marchandises transportées
ainsi les documents de leur dédouanement. Au cas contraire, tous les
véhicules transportant des marchandises non certifiées seront bloqués
et interdits d’entrée à Kinshasa.
En plus, les services de l’Economie nationale seront déployés sur le
terrain pour procéder au contrôle des documents attestant l’origine
des marchandises qui sont vendues sur le marché. Un communiqué
officiel sera rendu public incessamment, a promis Joseph Kapika.
Dom