Kivu : situation sécuritaire volatile et tendue

0
24

C’est  mercredi 7 juillet 2010 que s’est tenue à Kinshasa la toute première conférence de presse de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en RD Congo(MONUSCO), animée dans son Quartier Général de la Gombe par Madnodje Mounoubai.

         Déclinant la situation sécuritaire du pays au cours de cette rencontre, l’agent onusien a indiqué qu’au Nord-Kivu, la situation au Sud de la province est restée volatile pendant la période des festivités de la fête nationale avec des actions impliquant des groupes armés tels que les Forces Démocratiques/Armée nationale de Libération d’Ouganda (ADF/NALU), les Patriotes résistants congolais (PARECO), les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les Mai Mai. Malgré cette situation, s’est-il rassuré, des signes positifs ont été enregistrés concernant les redditions.
 
            En effet, le 28 juin 2010, un élément des PARECO s’est rendu à Lubero, et comme résultat de la vaste opération des FARDC dans le Grand Nord, quinze autres éléments des PARECO se sont rendus aux FARDC au village Hutwe, situé à 32 kilomètres à l’Est d’Alimbongo le jour suivant. Le 30 juin 2010, un combattant appartenant à l’ADF/NALU s’est rendu à la base de la MONUSCO d’Eringite.

            Pour sa part, le Bureau de Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies(OCHA) a confirmé que les opérations militaires des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) en cours contre des rebelles ougandais de l’Allied Democratic Forces/National Army for Liberation of Uganda (ADF/NALU) provoquent des déplacements des populations dans le Grand Nord de la province mais le nombre de déplacés n’est pas connu. D’autre part, la société civile de Lubero signale le déplacement de plus de 10 000 ménages (chiffre à confirmer) suite aux pillages et autres exactions perpétrés par les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

                                               Brimades sur les déplacés 

                        « La communauté humanitaire est préoccupée par le non respect du caractère civil des camps des déplacés ». Ce cri d’alarme a été lancé hier par les responsables de l’OCHA. A titre exemplatif, ils indiquent que dans le Territoire de Masisi, des militaires FARDC ont réquisitionné des déplacés de deux camps (camps Kilimani et Mutiri) pour le transport des effets militaires, selon les membres du comité des déplacés.
            Néanmoins, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés( HCR) a facilité le 29 juin le rapatriement de 81 réfugiés rwandais à partir de Goma. Ce qui porte à 642 le nombre de Rwandais rapatriés au mois de juin et à un total de 3 857 le nombre de rapatriés rwandais depuis la Province du Nord-Kivu depuis le début de l’année.
            Au Sud-Kivu, bien que la situation soit restée tendue, on a néanmoins remarqué la diminution de la violence la semaine dernière. Mais les quelques faits sécuritaires marquants se sont produits le 24 juin 2010, date à laquelle les éléments des FDLR ont pillé les maisons du village Mulonge, situé à 11 kilomètres au Sud-est de Bunyakiri, et ont enlevé 11 civils qu’ils ont relâchés plus tard. Dans la nuit du 26 au 27 juin 2010, ils ont tué un civil de Kisengela, situé à 10 kilomètres à l’Ouest de Kamituga. Par ailleurs, sur le plan positif, un combattant des FDLR et un dépendant se sont rendus à la base de la MONUSCO de Kalehe.
            A l’Ouest de la RDC, dans la province de l’Equateur particulièrement, la Monusco déclare qu’il n’y a pas eu d’activités majeures des groupes armés rapportées pendant la période sous examen, malgré des rapports non confirmés indiquant une nouvelle activité rebelle Enyele. En Province Orientale, l’Armée de Résistance du seigneur (LRA) a focalisé son activité sur l’axe Dungu-Duru dans le district de Haut-Uélé où plusieurs attaques ont été signalées. Enfin en Ituri, dans le cadre de l’opération ‘’Pierre d’Acier’’, les FARDC mènent une vaste opération contre les milices d’Ituri avec l’appui de la Force de la MONUSCO.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*