Kinshasa veut se doter d’un Bureau du caissier

0
40

Depuis hier mercredi 13 janvier 2012, le ministère provincial des Finances, Economie et IPMEA organise, dans la salle de conférence du ministère des Affaires Etrangères, un atelier en vue de doter la ville de Kinshasa d’un « bureau du caissier ». Il s’agit, à en croire le ministre Robert Luzolanu Mavema, de l’ouverture d’un seul et unique compte à la Banque Centrale du Congo au nom de la province de Kinshasa. « Cet atelier contribue à la réalisation de cet objectif à travers la mise en place du compte général unique de la ville de Kinshasa pour la centralisation de toutes les opérations financières, en recettes comme en dépenses, en vue d’assurer l’unicité de caisse. C’est pour mieux gérer les finances de la ville… » a-t-il expliqué.

Atelier piloté par la Cellule Financière et Fiscale ( CEFFI) du ministère provincial des Finances, il a pour objectif de vulgariser, auprès de 100 participants, le fondement légal relatif au compte général du Trésor de la ville et des Entités territoriales décentralisées( ETD) ; de partager l’expérience des autres africains sur la gestion des finances décentralisées ; et enfin de réfléchir sur la réglementation financière de la ville et de proposer les modifications des textes jugées utiles pour un fonctionnement harmonieux du Bureau du caissier de la ville. De manière concrète, les récipiendaires devront bénéficier d’un programme de formation élaboré en vue de leur permettre d’abord la maitrise des liens fonctionnels existant entre la Direction du trésor et de l’ordonnancement, la BCC et les régies financières et ensuite, l’assimilation de toutes les étapes constitutives de la chaine de la dépense et de la recette.

Session financée par l’Union Européenne à travers son Programme d’appui à la Décentralisation (PA2D), celui-ci appuie le pilotage de la décentralisation au niveau national et renforce les capacités des provinces afin d’améliorer leur efficacité, notamment dans la fourniture de services essentiels et dans la gestion des finances publiques. Occasion pour le représentant de l’UE d’indiquer que si la ville prétend véritablement répondre aux besoins de ses citoyens, il lui faut des moyens financiers dont la gestion doit se faire de manière transparente afin de répondre efficacement aux besoins des citoyens et mériter la confiance des contribuables.
Notons que la 1ère journée de l’atelier a connu différents exposés sur les finances publiques animés par des personnalités telles que le Pr Mabi Mulumba, Misenga Milabyo et Muninda Mwansa. D’autres communications sont programmées ce jeudi 12 janvier avant la clôture de l’atelier.

Tshieke Bukasa

 

LEAVE A REPLY

*