Kinshasa sous le régime des patrouilles

0
27

Véritables volcans en miniature pouvant entrer en éruption à tout moment, les bandes des Kuluna et des Pomba, ces marginaux qui ne cessent d’insécuriser la capitale, ont fait l’objet d’une instruction particulière de l’inspecteur provincial de la police ville de Kinshasa aux policiers et officiers de sa garnison.

C’était hier au Camp Lufungula, au cours de la parade qu’il a présidée dans le cadre des préparatifs des festivités du 30 juin.

 

A cette occasion, l’inspecteur divisionnaire adjoint Oleko Komba leur a rappelé les principales missions de la Police nationale congolaise, notamment  assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, prévenir et réprimer des infractions, ainsi que rétablir l’ordre public quand il est perturbé.

 

              Il a signalé que la RDC s’apprête à fêter le Cinquantenaire de son indépendance avec faste et que plusieurs manifestations seront organisées sur l’ensemble du territoire national. La ville de Kinshasa pourra accueillir dans deux semaines, plusieurs délégations étrangères qui viendront assister à ces festivités du 30 juin.

              Pour que ces manifestations puissent se dérouler dans les bonnes conditions, il faudrait, a-t-il insisté, que la police puisse faire correctement son travail, remplir ses missions sans failles, ni bavures. Cela implique que les policiers puissent se montrer exemplaires et disciplinés, bannir les tracasseries et les cas d’extorsions auxquelles certains continuent de s’adonner à cœur joie.

Sur instruction du Chef de l’Etat, les officiers et les commandants des unités sont invités à encadrer leurs hommes pour que ces manifestations puissent se dérouler sans incidents particuliers. Car, tout manquement qui sera constaté dans l’exécution des missions de la police, et dont les officiers et commandants se seraient rendus coupables, sera sévèrement sanctionné.

              L’inspecteur provincial de la police a insisté particulièrement sur deux points principaux, à savoir le renforcement des patrouilles diurnes et nocturnes, afin de dissuader les malfaiteurs et autres brigands, et la courtoisie routière.

              Concernant les patrouilles de la police provinciale, l’inspecteur divisionnaire adjoint a instruit les commandants de quatre districts, des groupements mobiles d’intervention Est et Ouest et de grandes unités à organiser des patrouilles diurnes et nocturnes au sein de leurs ressorts.  

              Au cours de deux semaines qui nous séparent des festivités du 30 juin, le responsable de la police pour la ville de Kinshasa a invité les éléments de la Police spéciale routière à observer pour leur part une période de courtoisie routière qui devra être mise à profit, pour prodiguer des conseils aux usagers de la route, en rappelant à ces derniers, le code de la route. Ils devront s’abstenir de se livrer aux tracasseries et rançonnement des automobilistes et autres motocyclistes, pratiques qu’il a tant décriées et qu’il s’est dit décidé à combattre.

L’inspecteur provincial de la police a terminé la parade par rappeler l’opération « Tolérance zéro » aussi bien pour les Kuluna et les Pomba, un phénomène qui donne du fil à retordre à ses hommes et aux paisibles citoyens.

 

Restaurer la confiance du policier auprès de la population

 

              Au moment où Kinshasa s’apprête à entrer dans un régime des patrouilles diurnes et nocturnes, l’opinion nationale reste échaudée par l’affaire de la mort de Floribert Chebeya, au point que désormais toute convocation de la police procure des sueurs froides, surtout que le motif n’est toujours pas signalé à l’avance. Aujourd’hui, dès que quelqu’un est convoqué par un poste de police, tout le village est alerté pour pouvoir suivre le déroulement de l’affaire jusqu’à sa remise en liberté.

              Les relations entre la police et la population se sont si gravement détériorées qu’il faudrait les restaurer au plus tôt, afin de rétablir cette confiance dangereusement érodée. Pour ce faire, il faudra crédibiliser la tenue du policier, quand on sait qu’il y a quelques temps, toute rencontre avec une patrouille de la police dans un coin reculé ou un passage obscur était source des tracasseries et d’extorsions des téléphones portables et des billets de banque.   

              La population kinoise qui a besoin d’une police républicaine, citoyenne et apolitique, souhaite voir des policiers qui puissent assurer le jour comme la nuit, sa sécurité, et non ceux qui la dépouillent de ses biens et qui, quelquefois, se rangent du côté des malfaiteurs pour lui soutirer ses économies.

              Voilà pourquoi le seul message que la population lance à l’endroit des autorités politico-administratives est de voir des officiers renforcer le nombre des superviseurs des patrouilles et que cette période particulière soit consacrée au renforcement des mesures disciplinaires dans la troupe. Car, les brebis galeuses profitent souvent du relâchement de la discipline pour multiplier des cas de violation de consignes et des méfaits.

              Quelques exemples de sanctions pourront certainement assagir les indisciplinés.                              

J.R.T. 

LEAVE A REPLY

*