Kinshasa : le prix d’un sac de braises passe de 16.000 à 21.000fc

0
253

braise Les prix de certains biens de première nécessité galopent à une allure fort inquiétante ce dernier temps. La braise par exemple, produit devenu incontournable dans les ménages kinois suite aux coupures intempestives d’électricité, a depuis quelques semaines connu une augmention de prix pour diverses raisons.
En effet, le sac de braise de 40 kg revient actuellement à 21.000fc, alors que la même quantité se vendait à environ 16.000fc il y a peu. Les pauvres consommateurs éprouvent à ce fait, de nombreuses difficultés pour faire le marché, étant donné qu’ils doivent ajouter un surplus dans la ration alimentaire afin d’acheter une quantité suffisante de braise pour la cuisson.
Selon les producteurs et fournisseurs des braises, l’augmentation du prix de cette dernière est due aux pluies diluviennes qui s’abattent ce dernier temps sur la capitale et ses environs. D’après eux, la fabricationdes braises nécessite beaucoup de précautions surtout en saison de pluie. Il faut premièrement couper les arbres frais, expliquent-ils, les ranger dans un puits et ensuite les recouvrir de sable sec. Par après, on creuse un petit tunnel  où on introduit le feu, puis on recouvre hermétiquement. Aux dires de ces derniers, l’eau de pluie est un danger majeur puisque une fois qu’elle pénètre dans le four, ce dernier éclate immédiatement et tous les arbres placés à l’intérieur se transforment en cendres. Cela occasionne une grosse perte pour les fabricants qui se trouvent obligés de reprendre tout à zéro. C’est ainsi que plusieurs préfèrent fabriquer les braises pendant la saison sèche pour éviter ce
désagrément.
Ils ont aussi fait savoir que cette situation risque de persister jusqu’à la fin de l’année puisque c’est pendant les mois de novembre et décembre que les pluies sont fort abondantes.
D’autres par contre ont affirmé que cette situation est due au mauvais états des routes pouvant ramener les braises de la périphérie jusqu’en ville.  « Les routes se sont totalement délabrées depuis le retour de dame la pluie. «Il y a des nids- de-poules  qui amortissent rapidement nos véhicules. Et pour les dépanner, nous sommes obligés de sortir de l’argent de nos propres poches. Vu ces conditions pénibles, nous ne pouvons qu’augmenter le prix… », a expliqué un conducteur de véhicule des braises qui a requis l’anonymat.
Par ailleurs,  une vendeuse des braises au grand marché de Kinshasa, a laissé entendre que le commerce de ce produit de première nécessité n’est plus rentable en raison de tous ces désagréments. Celle-ci a confié qu’elle ne bénéficie que de 2000fc par sac alors qu’en temps normal, son revenu tournait autour de 5000 à 6000fc. « Je ne sais même pas la quantité à mettre lorsqu’une personne désire acheter la braise  de 500fc. Face à ce dilemme, j’ai carrément arrêté  de vendre la quantité qui revient à 300fc, de peur que mon commerce tombe en faillite. »

Devant ce constat amer, bon nombre de consommateurs et commerçants ont sollicité l’intervention rapide des autorités compétentes, étant donné qu’il s’agit d’un produit très consommé à cause de son prix abordable et à la portée de tout le monde. Ces derniers craignent que la situation s’empire surtout que nous nous approchons des festivités de fin d’année. C’est pendant cette période que la demande devient fort élevée.
Perside Diawaku

LEAVE A REPLY

*