Kinshasa + Pluie = Dégâts !

0
122

L’adage « Après la pluie, c’est le beau temps » a perdu tout son sens chez les Kinois. Au contraire, pour eux, ce sont des pleurs et des grincements des dents. Le dernier cas en date, c’est la pluie qui s’est abattue dans la nuit du jeudi dernier à partir de 2 heures sur la ville.

Les conséquences ont été, une fois de plus, dramatiques. En l’absence du bilan officiel, quelques constats révèlent qu’à Limete, quartier Mososo, des maisons entières se sont écroulées, ainsi que des murs de clôture, sans parler des inondations. Le quartier Mombele, dans la même commune, n’est pas épargné, de même que la 12ème Rue/Résidentiel, juste après l’ancienne résidence d’Antoine Gizenga ainsi que ses environs.

 

Le quartier Debonhomme également est inondé, surtout qu’il est situé non loin de la rivière Ndjili. Aussi, le pont qui sépare la commune de Ndjili de celle de Kimbanseke, non loin de la maison communale de Masina, est complètement sous l’eau. Impossible pour plusieurs véhicules de passer dessus, la rivière Tshwenge ayant débordé. Toutes les maisons environnantes sont également sous l’eau.

Des sources indiquent que même l’avenue des Huileries et ses environs, serpentant les communes de Lingwala et Kinshasa, sont aussi victimes de cette pluie torrentielle.

Les inondations sont dues, dans la plupart des quartiers de la capitale, au manque de canalisations pour drainer les eaux ; au sous-dimensionnement des caniveaux existants ; à la sortie des rivières Gombe, Kalamu, Makelele et N’Djili de leur lit ; etc. Bref, ce problème de la voirie urbaine se pose avec acuité depuis de longues années à Kinshasa.

Notons aussi qu’il n’existe aucune politique de gestion efficiente des catastrophes. A cela s’ajoute aussi, l’incivisme qui caractérise la plupart des Congolais qui jettent des immondices dans la rue, les cours d’eau et les caniveaux.

Tshieke Bukasa