Kinshasa pleure Tshisekedi

0
222
tshisekediHier jeudi 2 février 2017, Kinshasa s’est réveillée dans une ambiance morose. La mort de Tshisekedi wa Mulumba, président de l’UDPS et du Conseil des sages du Rassemblement, est sur toutes les lèvres. A Matonge, le cœur de la capitale, les vendeurs des journaux exhibent les différents titres à la Une avec un seul sujet : le décès du Lider maximo de l’Opposition congolaise.
De Barumbu à Masina, en passant par Lemba et Ndjili, des conducteurs de moyens de transport en commun (taximen et motocyclistes) ont d’abord entrepris spontanément, en signe de deuil, d’accrocher des feuilles de rameaux aux pare-brises de leurs engins. Geste suivi par des chauffeurs des voitures privées qui ont, eux aussi, emboité le pas en arborant sur leurs véhicules des rameaux ou d’autres feuilles vertes. Interrogé sur le sens de ce signe, un taximan, Jacques Kongolo, a indiqué qu’il est impossible de rester indifférent à ce drame, car le défunt a marqué l’histoire de plusieurs générations de Congolais.
            A Limete, des centaines de personnes ont afflué au siège de l’UDPS. Venus de plusieurs coins de la ville de Kinshasa, vieux, jeunes, femmes et enfants, ont envahi tôt le matin ce site où une chapelle est montée en face de la résidence d’Etienne Tshisekedi.
            Visages et regards tristes, les « combattants » de l’UDPS s’interrogeaient encore sur le drame qui s’est abattu sur le parti.
            En même temps, un dispositif sécuritaire solide était déjà déployé. Il y avait quelques jeeps et un camion anti-émeute de la police, mais aucun incident majeur n’était enregistré, en dehors de quelques escarmouches.
Il convient de noter que l’infatigable opposant congolais s’est éteint mercredi 1er février à Bruxelles, à la clinique Sainte-Elisabeth, à l’âge de 84 ans, des suites d’une embolie pulmonaire. Dès l’annonce de son décès, des Congolais ont commencé à se rassembler devant l’hôpital et dans les rues de Kinshasa.
Tshieke Bukasa