« Kinshasa la ville morte » appartient au passé

0
28

C’est suite à un arrangement politique à l’amiable intervenu le lundi dernier entre le gouvernement provincial, la Police Nationale, la Société Nationale des Assurances et l’Association des Chauffeurs du Congo qu’a été interrompue la grève des transporteurs  qui a paralysé partiellement la ville durant la journée du lundi. Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée au bureau du ministre provincial des Finances, budget et économie, le gouvernement provincial a demandé à l’Inspection provinciale de la Police Nationale de reprendre l’opération dite de courtoisie routière pour permettre aux transporteurs de s’acquitter des taxes d’assurances et celles de la vignette. Et cela selon un échéancier à déterminer avec les services générateurs des recettes. En d’autres termes, il a été demandé à l’Association des Chauffeurs du Congo e procéder à l’identification de ses membres pour leur remettre des jetons qui seront présentés aux guichets de la SONAS, de la Direction Générale des Recettes de Kinshasa, de la Direction Urbaine des Transports pour ouvrir un cahier personnel dans lequel figureront les preuves des paiements échelonnés de toutes les taxes relatives à la circulation routière, notamment la police d’assurances, la taxe de la vignette routière et l’autorisation délivrée par la direction urbaine des transports, etc.

L’Association des Chauffeurs du Congo a déposé une liste de ses membres en ordre des cotisations qui vont bénéficier de cet arrangement et a lancé un appel pressant à tous ceux qui ne se sont pas encore acquittés de cette obligation. Pour sa part, la Police Routière a promis de prêter main-forte à cet arrangement en insistant surtout sur le respect de cet échéancier qui ne devrait pas dépasser six mois. De son côté, la DGRK s’est engagée à réduire sensiblement le taux d’imposition et à se tourner vers le Fonds National d’Entretien Routier pour accélérer les travaux lui confiés par le contribuable. La SONAS n’est pas restée insensible et a fait savoir que d’une part le paiement de la Police d’Assurance pour les transporteurs se fera de manière échelonnée et d’autre part elle va améliorer le calendrier de paiement des sinistres.

Voilà pourquoi « Kinshasa ville morte » est à conjuguer au passé, s’est réjoui hier un habitant de Kin-Est qui avait été contraint à la ligne Onze durant toute la journée de lundi.

Castro 

LEAVE A REPLY

*