Kinshasa en route pour une gestion intégrée des eaux

0
141

Pour plusieurs raisons, la question de l’accès à l’eau potable demeure encore un défi majeur pour la République Démocratique du Congo, suivant les cibles des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Pour répondre à la demande croissante et aux besoins importants de la population en ce qui concerne l’accès et la desserte en eau potable, la gestion, la réhabilitation et le développement des services d’approvisionnement en eau potable s’avèrent indispensables.
Afin de relever ce défi, le gouvernement congolais a sollicité l’appui de la Facilité Africaine de l’Eau (FAE), une mission de la Banque Africaine de Développement, pour un financement destiné à la préparation et l’élaboration d’une étude d’amélioration de la desserte en eau potable de la partie Ouest de la ville de Kinshasa, où sont installés près de 3.5 millions d’habitants, sans installations d’eau adéquates. Mais ceci passe par l’adoption d’une nouvelle approche, à savoir la Gestion Intégrée des Eaux Urbaines (GIEU).
C’est dans ce cadre que la BAD, à travers la FAE, a organisé, le lundi 17 novembre 2014 au cercle Elais, l’atelier de lancement de l’évaluation du projet d’études d’un schéma directeur de GIEU de Kinshasa et de la faisabilité de desserte en eau potable de Kinshasa-Ouest.
Ouvert par le ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité, cet atelier vise à comprendre la situation actuelle de la desserte en AEPA et de la gestion des eaux dans la ville, introduire le concept de la GIEU partant des exemples d’autres villes Africaines (Durban, Singapour) et dresser une priorité des enjeux concernant l’amélioration de la situation actuelle. Plusieurs partenaires clés provenant des secteurs publics, privés et sociaux, représentant les différentes activités socio-économiques qui ont un intérêt dans l’eau dans les zones urbaines, ont participé à ces travaux  afin de contribuer à l’élaboration d’un projet adapté réellement aux réalités et aux besoins du terrain.
Tour à tour, les intervenants (experts en eau et assainissement) ont présenté : les enjeux majeurs du secteur de l’eau et de l’assainissement (par la CNEA), la situation actuelle de la desserte de l’AEPA à Kinshasa (par la REGIDESO), les composantes clés de l’approche GIEU, les eaux usées et les boues en tant que ressource, etc.
Après ces brillants exposés, les participants pont éclaté en groupes de travail pour traiter des questions concernant les enjeux majeurs de l’assainissement et de l’eau à Kinshasa, de la manière dont la situation actuelle de l’AEPA impact-t-elle sur l’assainissement, ainsi que les améliorations à apporter à la gouvernance de ces secteurs. Dans la restitution de leurs travaux en réponse aux questions posées, les participants ont relevé plusieurs défis. Il s’agit entre autres, de la vétusté, l’inadaptation et la non fonctionnalité du réseau d’assainissement, l’incapacité et le manque de moyens nécessaires des institutions existantes de répondre aux besoins de l’assainissement et de l’eau, la non fonctionnalité et l’insalubrité des toilettes par pénurie d’eau,…
S’agissant des améliorations à apporter à la bonne gouvernance de l’eau et de l’assainissement à Kinshasa, les participants ont formulé des recommandations qui seront pris en compte dans l’élaboration du projet.
Myriam Iragi

LEAVE A REPLY

*