Kinshasa abrite la réunion des ministres de l’information de la SADC

0
33

Le ministre des Médias, Chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté a ouvert, hier lundi 23 juin à l’hôtel Invest de la RTNC, les travaux de la réunion des ministres de l’information publique des pays membres de la SADC.

Se réjouissant du choix porté sur notre pays pour accueillir cette réunion de l’Organisation économique sous-régionale, Lambert Mende Omalanga a fait un constat selon lequel la communication dans cet espace de 277 millions d’âmes demeure déficitaire. Alors que d’autres secteurs enregistrent des avancées notables.

«En effet, peuplée d’environ 277 millions d’âmes, notre organisation est parvenue à jeter des solides passerelles entre nos peuples. Elle a également développé un certain nombre d’infrastructures indispensables à son développement, notamment dans les communications, les routes, les transports, etc.

Cependant, force est de constater que malgré ses trois décennies d’existence, l’impact de la SADC n’est pas toujours perçu à sa juste dimension en raison d’une stratégie communicationnelle déficitaire. Ceci est dû au fait qu’il n’existe pas jusqu’à ce jour un plan global de communication de notre région ».

Selon Lambert Mende, est temps de prendre conscience de cet état des choses : « Ceci étant, nous sommes invités en notre qualité des ministres de l’information publique et médias de la SADC, à prendre conscience du fait que malgré l’exécution des programmes de la SADC durant plus de 33 ans de son existence avec des millions de dollars dépensés en faveur des communautés, la SADC demeure peu visible sinon peu connue du fait qu’elle n’est pas adéquatement vulgarisée. Ceci résulte de la non intégration des aspects communicationnels dans tous les programmes à cause des différents agendas de la SADC qui n’évoluent pas ensemble avec les ressources disponibles destinées à cette fin. Ce qui laisse la communication de la SADC se décliner aux antipodes des priorités escomptées ». C’est en ces termes que le ministre Rd congolais a tiré la sonnette d’alarme quant au déficit communicationnel qu’accuse l’organisation.

Avant d’émettre le vœu de voir, à l’issue des assises de Kinshasa, des mécanismes mis en place en vue de faciliter l’accès à l’information aux peuples de la région ainsi qu’à ses partenaires.

« Pour cela, il importe que notre organisation accélère la mise en place, tant au niveau régional que dans les pays membres des mécanismes susceptibles de faciliter aux peuples de notre région l’accès sur la SADC et ses différents partenaires. C’est aussi la meilleure manière de nous faire entendre des autres, tant en Afrique que dans le monde ».

            Il faut noter qu’au même moment, les membres du jury du concours de journalisme de la SADC et de la revue se réunissent également dans la capitale congolaise.

Dom

LEAVE A REPLY

*