Kingasani/Pascal : mort inopinée d’un fan du Mundial

0
32

On l’appelait « Papa Jacques ». Agent au service médical de la Régideso, il résidait sur la rue Ngambo, à Kingasani/Pascal. Depuis le début de la coupe du monde de football, édition 2010, il ne ratait aucun match sur le petit écran. Comme de coutume, le samedi 10 juillet, il s’est placé devant son poste de télévision, dans l’attente du match de classement entre l’Allemagne et l’Uruguay. Puis, à 5 minutes du coup d’envoi, plus précisément à 19 H 25, une coupure intempestive de l’électricité intervenue à la cabine Mpati a plongé tout le quartier dans le noir.  

            A l’instar de nombreux amateurs du football en pareilles circonstances, il est sorti précipitamment de chez lui, à la recherche d’un poste de télévision alimenté par un groupe électrogène.

            Malheureusement, il s’est retrouvé dans une rue sombre, parsemée de grosses pierres. Dans la nuit noire, il a buté contre l’une des pierres avant de tomber, la tête la première. Grièvement touché, il n’a pas survivre au choc. Les badauds venus à son secours ont simplement constaté qu’il ne vivait plus. C’est ainsi qu’il a été décidé de déposer son corps dans une morgue de la place. Le pauvre a donc été un des grands absents à la finale Espagne-Pays Bas (1-0), qu’il attendait pourtant de pied ferme.

            Selon les gens de son voisinage, ce père de famille nombreuse, qui approchait la septantaine,  était sous le coup d’un sérieux traumatisme psychologique provoqué par le décès, il y a deux ans, d’un de ses fils qui résidait en France. Le jeune homme, dit-on, avait souffert des troubles mentaux que n’avait pu vaincre la médecine occidentale. Ramené au pays pour des soins à l’indigène, le « mikiliste » n’avait jamais recouvré ses facultés mentales, jusqu’à sa mort.

Théthé Ntumba (st IFGC)

LEAVE A REPLY

*