Kingakati : Kabila met les jeunes en garde contre l’intox

0
74

kabilaAprès les confessions religieuses, la Commission Electorale Nationale Indépendante, quelques organisations de la société civile, les acteurs politiques, les diplomates accrédités en RDC, les parlementaires (députés et sénateurs), les patrons de presse, Joseph Kabila a conféré avec les jeunesle vendredi 19 juin 2015, à Kingakati.

La délégation des jeunes de divers horizons, le chef de l’Etat s’est livré au même exercice que celui pratiqué devant  les différentes catégories ci-haut énumérées. C’est-à-dire recueillir les avis de la jeunesse en rapport avec l’éventuel dialogue républicain à organiser en vue de créer un climat apaisé sur l’ensemble du territoire national en prévision des échéances électorales.

Il s’est agi au cours des échanges avec les jeunes, des élections et de l’enrôlement de nouveaux majeurs.

Il a également été question, au cours de ce face-à-face, de la participation des jeunes dans les instances de prise des décisions du pays, ainsi que de l’autonomisation du vécu quotidien des étudiants au sein des universités et instituts supérieurs.

            Constituant la majorité du corps électoral, les jeunes sont mieux placés pour être écoutés, et par ricochet leurs avis doivent être pris en compte en vue de leur implication dans le processus électoral.

Raison pour laquelle le Chef de l’Etat les a appelés à faire preuve de sens de responsabilité, afin d’éviter d’être manipulés à souhait par des politiciens véreux.

Pour cela, Joseph Kabila leur a conseillé de demeurer sages et de ne pas se fier aux messages d’intox qui leur seront adressés ; mais de regarder plutôt les réalités du pays afin de mieux envisager l’avenir.

Les jeunes se sont montrés réceptifs au message du chef de l’Etat, et se sont dit prêts à se mobiliser et à sensibiliser leurs compagnons autour des questions cruciales du pays, pour ne pas servir de boucliers à des troubles inutiles.

            Actuellement, la République Démocratique du Congo a besoin de la paix et du développement qui sont au profit de la jeunesse, tranche majoritaire de la population.

            Pour ce faire, les jeunes doivent faire montre de beaucoup de patriotisme, de responsabilité et de citoyenneté, a-t-il lancé en guise d’invitation à la prise de conscience. Avant de poursuivre son appel : « Les jeunes doivent, à l’instar d’autres compatriotes, protéger la souveraineté et l’intégrité territoriale de la République démocratique du Congo ».

            D’où les acteurs politiques sont appelés à encadrer la jeunesse sur ces points importants, de sorte à éviter la manipulation à des fins égoïstes et la course effrénée au pouvoir pour laquelle les politiciens passent pour champions

            Au sujet du dialogue, le Chef de l’Etat a dit ne pas comprendre l’attitude de certains acteurs politiques, avant de rappeler aux jeunes que ce sont les politiciens qui avaient sollicité le dialogue dans le but de résoudre les problèmes qui se posent au pays. C’est pourquoi Il a initié les présentes consultations en vue de la tenue éventuelle dudit dialogue.

Il n’est pas sérieux de constater que les mêmes personnes qui avaient sollicité ce dialogue, puissent se rétracter aujourd’hui. « Ce qui n’est pas normal », s’est-il exclamé, en soutenant que les problèmes des Congolais doivent être résolus par eux-mêmes.

Contents de l’initiative du Chef de l’Etat d’avoir élargi ses consultations à leur niveau, les jeunes ont salué son esprit renouvelé à dialoguer avec toutes les couches de la société. A l’occasion, plusieurs mémorandums lui ont été remis, dans lesquels les signataires demandent au Chef de l’Etat de prêter une attention particulière à la jeunesse, et au besoin, de mettre en place une agence nationale chargée de la jeunesse ainsi qu’un Fonds national, en référence à ce qui se fait dans d’autres pays comme l’Afrique du Sud. Ces fonds pourraient servir notamment à la promotion des activités et des programmes des jeunes. Bref, estiment-ils, le pays doit disposer d’un projet clair pour le développement de la jeunesse.

Ils ont, en outre, suggéré à leur interlocuteur la création des mécanismes susceptibles de favoriser une cohésion entre l’autorité et les jeunes du pays.

Les jeunes qui ont conféré avec le chef de l’Etat, a-t-on appris, étaient issus de diverses catégories sociales et venus de l’ensemble du pays.

Dom

Quelques réactions

Dominique Diaman Kambetch, président

de la jeunesse congolaise

            Nous avons débattu de deux grandes questions : les élections et le dialogue. En ce qui concerne les élections, nous avons parlé du calendrier électoral et de l’enrôlement des nouveaux majeurs. En ce qui concerne le dialogue, nous avons plus parlé de la paix et de la sécurisation du processus électoral. Nous avons aussi parlé de la participation des jeunes dans les instances de décision et l’autonomisation des jeunes.

            Les jeunes constituent la majorité de l’électorat. Ce sont les jeunes qui influencent les élections parce qu’ils sont majoritaires. Nous pensons que les jeunes doivent jouer le rôle de sensibilisation d’autres jeunes pour que pendant ce processus électoral, il n’y ait pas de dérapage et que les jeunes s’impliquent dans la réussite des élections 2015-2016.

            Le Chef de l’Etat a appelé les jeunes au sens de responsabilité parce que, comme on le constate souvent, il y a plus de manipulations que de vérité. Voilà pourquoi le chef de l’Etat a demandé aux jeunes d’être plus sages, de ne pas se fier à n’importe quel message.

            Nous avons dit   au chef de l’Etat que nous sommes prêts à mobiliser la jeunesse autour des questions cruciales de notre nation, pour ne pas plonger le pays dans des troubles inutiles. La RDC n’a pas besoin de conflit actuellement. Nous avons besoin de développement au profit de la jeunesse.

Francine Muyumba, Présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ)

            Premièrement, j’aimerais remercier le président de la République. Je suis vraiment heureuse d’avoir conduit cette délégation de la jeunesse de la RDC. Nous remercions le président de la République parce qu’il vient d’associer la jeunesse à la réflexion de ses consultations qu’il est en train de faire avec toutes les forces vives de la nation.

            Le chef de l’Etat nous a conseillés, en tant que jeunesse, d’éviter la manipulation et de protéger l’intégrité et la souveraineté  de notre pays. Cette jeunesse est en train de suivre attentivement les agissements des acteurs politiques. Il est question que la classe politique  puisse protéger  la souveraineté de la République et en même temps préparer l’avenir de cette jeunesse.

            Les problèmes des Congolais doivent être traités entre congolais et au Congo. Et c’est travers le dialogue que nous pouvons résoudre tous les problèmes qui nous préoccupent.

            ll y a plusieurs mémos qui ont été introduits. Les jeunes ont demandé notamment la création d’une agence nationale de la jeunesse, d’un Fonds national de la promotion des programmes des jeunes.

Pierre Ntumba, Porte-parole de la communauté estudiantine et étudiant à l’UPC (Université

Protestante au Congo)

            Nous avons soumis au président de la République nos difficultés d’accès à l’emploi et la promotion de l’étudiant. Nous avons également  sollicité la mise en place d’un mécanisme pour une cohésion plus rassurée entre les étudiants et le président de la République.