Kiakwama à Tshibala : «à quoi jouez-vous ?»

0
1925

(Kinshasa, le 31 mai 2017)

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Membres du Bureau,
Honorables Députés et chers collègues,
Excellence Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Nous devions aujourd’hui parer du budget de notre Etat. Après avoir
lu la documentation qui nous a été remise, j’ai eu un cas de
conscience. Me taire, ou parler pour refuser d’être complice après 29
ans d’engagement volontaire dans l’Opposition. Je me suis alors
souvenu de ces mots de George Orwell qu’un ami sincère m’a soufflés il
y a quelques jours; je cite : « un peuple qui élit des corrompus, des
renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas
victime! II est complice» (fin de citation).

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Députés et chers collègues,
Chacun aura compris que, pour les Congolais d’aujourd’hui et de
demain, je ne serai pas complice!

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,
Honorable Membres du Bureau,
Honorables Députés et chers collègues,

Que sommes-nous en définitive pour ce pays? Telle est aujourd’hui la
question que chacun de nous doit se poser.
Quels congolais sommes-nous quand nous acceptons d’investir un
Gouvernement dont les limites sautent aux yeux? En effet, un budget
d’un Etat détermine et séquence les priorités de l’Etat. Mais,
comme je l’ai plusieurs fois rappelé à cette tribune, le budget doit
être mis en oeuvre par des hommes.
Autant que notre Parlement, ces hommes, membres du Gouvernement sont
illégitimes du fait que l’Accord du 31 décembre 2016 qui devait leur
redonner une légitimité politique à eux, au Président de la République
sortant et aux élus sortants a été largement foulé aux pieds du fait
d’une mauvaise loi  politique, d’une précipitation insensée et d’une
peur irrationnelle.
Dès lors, tout ce qui se fait dans la sphère politique du pays,
actuellement, n’est qu’aveuglement politique et faux semblants.
Quels Congolais sommes-nous quand nous prétendons accepter un projet
de budget de 7 milliards de dollars américains? A ce propos, je vais
tout de suite vous rassurer. L’on peut venir dans cette Assemblée
Nationale hors mandat nous présenter un budget de 100 milliards de
dollars américains. Vous n’impressionnerez personne car, comme les
précédents budgets, nous savons qu’il ne sera pas appliqué.

Honorable Président de l’Assemblée Nationale. Honorables Membres du Bureau,
Honorables Députés et chers collègues,

Ce projet de loi budgétaire est irrecevable pour plusieurs raisons.
Faute de temps, j’en énumère rapidement 3 qui sont rédhibitoires.
Premièrement, ce projet de budget n’explicite pas la source de
financement des élections, A le lire et à moins de recourir à des
anticipations de crédits d’impôts ou à des fonds maffieux, Monsieur le
Premier Ministre, votre Gouvernement est, d’ores et déjà, incapable de
financer  les élections de décembre 2017. Votre Gouvernement

refuse l’aide financière internationale parce qu’il devra la
justifier et il n’aura plus de prétexte pour un report des élections
au-delà de décembre 2017. Alors, à quoi jouez-vous? Quel est
l’objectif poursuivi réellement? En quoi êtes-vous utiles à la
consolidation d’une nation congolaise forte?
Deuxièmement, ce projet de budget ne tient pas compte des faibles taux
de réalisation de tous les budgets votés dans ce Parlement depuis
2006. Les Experts qui vous ont mené à endosser ce document bâclé
savent qu’ils sont éternels et que vous, Premier Ministre étiqueté
Opposant. vous êtes tributaire de la volonté de vos partenaires du
moment.
Et troisièmement, ce projet de loi budgétaire est irrecevable du fait
qu’il prétend à une augmentation irréaliste et irréalisable de 68,8%
du budget de l’Etat. Quel genre de Congolais gèrent le Congo quand on
pousse le Premier Ministre à répéter de telles énormités économiques
en situation de récession avec des entreprises exsangues; une
industrie minière -pivot -malade; un Impôt mal pensé et mal appliqué
comme ne cesse de le répéter la fédération des entreprises du Congo
(FEC) : un chômage endémique, un impôt sur les personnes peu ou prou
existant; des taxes administratives négociées à coups d’Invisibles ou
selon le ratio maffieux 1/3/2/3 ; des assignations toujours
bienveillantes pour empocher les dépassements; une inflation en
expansion bref, comment peut-on, pour son propre pays manquer autant
d’éthique et de patriotisme?

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Cher Bruno,

Vous êtes, 18 ans, plus jeune que moi. Mais, vous étiez mon aîné dans
«Opposition au près du regretté Président Etienne TSHISEKEDI. Vous
étiez mon aîné dans la lutte pour l’avènement de la démocratie et un
Etat de droit dans notre pays.
Au moment où nous discutons de ce budget 2017, nos amis. que dis-je?
Nos frères Franck DIONGO, Eugène DIOMI, Jean-Claude MUYAMBO, etc. sont
en prison, et d’autres Congolais dont les jeunes patriotes du
mouvement citoyen Filimbi, des activistes valeureux des droits de
l’homme, le Banquier Michel LOSEMBE, l’étonnant ancien gouverneur du
Katanga KATUMBI sont très injustement contraints à l’exil.
Alors, il me vient à l’esprit une question, Excellence : «A quoi
serviront ces budgets si péniblement confectionnés, si tous les
Congolais ayant des colonnes vertébrales sont promis à la prison, à
l’exil, à la vendetta d’Etat ou une «mort accidentelle» comme notre
regretté et digne patriote Floribert CHEBEYA?»

Excellence,
Vous avez choisi votre voie. Il en va à présent de votre
responsabilité personnelle d’homme, de père, de haut cadre, de
Congolais de tenter d’être courageux et de vous battre sur l’honneur
pour la réalisation impérieuse de 4 OBJECTIFS ci-après:
1. Vous devez nous conduire aux élections coûte que coûte, le plus
rapidement possible et avant le 31 décembre 2017. Nous Congolais, nous
voulons élire nos Députés, nos Sénateurs et notre nouveau Président de
la République. Nous n’avons plus le temps des atermoiements
d’appareils. Bien sûr vous nous direz que la CENI est indépendante.
Puisqu’elle est indépendante, dites s’il vous plaît.. qu’elle nous
produise urgemment un calendrier électoral et un fichier électoral
fiable. Prenez garde de ne pas donner raison à ces compatriotes qui
répètent de plus en plus souvent je cite: «Ces gens sont venus il y a
20 ans par la force, c’est l’unique langage qu’ils comprennent». Fin
de citation. Ayez chaque jour à l’esprit cette citation qui traduit
fidèlement la colère des Congolais! Vous voilà enfin Premier Ministre.
Très bien ! Pour vous dire le vrai, les Congolais ne sont pas dupes.
Ils n’attendent RIEN de votre Gouvernement si ce n’est l’organisation
des élections au 31 décembre en 2017!
2. S’agissant de ces élections, il vous revient de vous battre pour
garantir aux Congolais l’équité, les libertés d’expression, d’opinion,
de mouvement et l’impartialité à travers nos 26 provinces. Nous sommes
prêts pour les élections et à l’Instar des partis alliés de la MP,
nous voulons parcourir toutes nos provinces pour demander à nos
compatriotes de s’enrôler en grand nombre afin de sanctionner les
errements de votre pouvoir.

1. Il vous faudra aussi avoir le cran d’exiger que les prisonniers
d’opinion emblématiques, que vous connaissez bien pour les avoir
laissés derrière vous à la prison de Makala, soient libérés.
2. Enfin, il vous faudra avoir la dignité et le courage d’exiger le
retour de tous les exilés politiques et de la société civile dans leur
pays. Une Nation se bâtit dans la Vérité et la Justice ! Vous ne
bâtirez Jamais une nation apaisée et moderne dans l’exclusion; vous ne
bâtiez jamais une nation apaisée et moderne dans le ressentiment; vous
ne bâtirez jamais une nation apaisée et moderne dans la flatterie et
la tricherie; vous ne bâtirez jamais une nation apaisée et moderne
dans le règlement de comptes.

Monsieur le Premier Ministre,
Notre peuple est fatigué par tant d’abaissement et de médiocrité politiques.
Je vous remercie.

Gilbert Kiakwama kia Kiziki
Député National sortant – Circonscription de Mbanza-Ngungu (Kongo Central)
Président a.i. de la Convention des Démocrates Chrétiens