Kengo et Ruberwa vantent le leadership de Jésus-Christ

0
57

Le 6ème déjeuner national de prière a vécu et cela du 26 au 27 novembre 2010. Commencé pour la toute première fois par un séminaire tenu le vendredi dernier à l’hôtel SULTANI, ce déjeuner s’est terminé au Grand Hôtel Kinshasa par une série d’interventions faites par d’éminentes personnalités du monde politique. Notamment Léon KENGO Wa Dondo, président du Sénat et Me Azarias RUBERWA, vice-président de la République honoraire qui est aussi président de ce groupe en République Démocratique du Congo. Plate-forme spirituelle composée des membres actifs et honoraires provenant des institutions de la République, des églises, des composantes et partis politiques différents, ce groupe a vu le jour le 9 novembre 2004 avec comme vision principale la compréhension dans les antagonismes politiques, sociaux et culturels à l’origine des conflits divers qui ont plongé la RDC dans la régression. 

            Placé sous le thème de «Leadership selon le modèle de Jésus-Christ», ce déjeuner a été marqué par deux témoignages particuliers, à savoir celui de l’actuel ministre du Budget, NTAHWA Kuderwa et Gilbert NDJABA, député national. 

Ils ont exhorté les dirigeants à s’inspirer du modèle de Jésus-Christ pour combattre la mégestion. A ce sujet le ministre du Budget a fait savoir qu’il vient de se séparer de deux de se proches collaborateurs convaincus d’avoir trempé dans des magouilles insupportables. Le parlementaire allemand Rudolph DECKER, Mme Solfrid Quist Natving et l’ambassadeur Wilfred Mlay se sont succédé à la tribune pour indiquer que Jésus-Christ demeurera pour toujours le modèle parfait de leadership en Afrique. En rappelant que presque tous les rois et chefs d’Etat ont de tout temps envoyé des hommes pour mourir afin de conserver leur pouvoir tandis que Jésus-Christ est le seul roi à sacrifier sa vie pour sauver l’humanité.           

A.Ruberwa dénonce le paradoxe africain 

            Si les dirigeants africains avaient utilisé à bon escient les richesses immenses de leurs pays respectifs, le continent serait fort avancé à ce jour du cinquantenaire des indépendances fêtées avec faste alors que les populations continuent à croupir dans une misère incommensurable, s’est plaint Ruberwa. Certes, il y a des progrès enregistrés par ci par là, notamment dans des pays comme le Ghana, l’Ethiopie, le Bostwana, la Tunisie, l’Ile Maurice appelés à passer bientôt vers le statut de pays émergents, il faut aussi saluer des efforts de la bonne gouvernance dans un pays désertique comme le Burkina Faso et surtout cette stabilité politique que l’on vit en Tanzanie. Des efforts peu visibles et insuffisants car le continent baigne dans un océan de misère, des maladies et des troubles sanglants. C’est ainsi que le Christ, a indiqué Me Ruberwa « devrait être la réponse à notre paradoxe, mieux à notre dilemme ».  Car dans ses enseignements se trouvent les ressources spirituelles et morales qui permettent aux dirigeants de régler les problèmes, dans sa personne se trouvent la transformation et la révolution des mentalités, dans ses méthodes la puissance et la sagesse divine et dans ses actions la compassion, la paix, la justice et l’amour. Comme Jésus-Christ, les dirigeants doivent avoir le courage de dénoncer le mal et éviter le conformisme en matières d’antivaleurs, dont particulièrement la corruption, le tribalisme, l’enrichissement illicite, la dépravation des mœurs.           

L. Kengo et les qualités essentielles du leader    

            Incarné soit par une personne ou un groupe, le leader charismatique est celui qui incarne une cause, un combat, qui fait passer le courant, qui est bien dans sa peau, qui maîtrise parfaitement son sujet, qui est content d’être avec son public. Un leader accepté est celui qui bénéficie réellement et infailliblement de l’adhésion du groupe et qui est éclairé de l’intérieur. En clair, le leader est cet homme ou ce groupe qui apporte et lègue à sa société un petit pan de bonheur collectif. Jésus-Christ remplit-il ces critères ? S’est interrogé Léon Kengo Wa Dondo. Oui, dit-il en paraphrasant Mgr Dominique BULAMATARI « Jésus-Christ constitue le modèle de leadership par excellence car il a montré à ses disciples comment diriger selon son propre exemple et avec abnégation, un sens élevé d’amour plus grand ». Le leadership de Jésus-Christ se manifeste à la fois dans son intelligence et dans son autorité. A douze ans déjà, il enseignait au Temple parmi les grands maîtres et la Bible dit que « tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur l’intelligence de ses réponses ». En plus Jésus-Christ a engagé ses disciples dans l’école de l’humilité qui n’est pas celle de la recherche de la gloire personnelle « car le Fils de l’homme est venu non pas pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude ». 

F.M.

LEAVE A REPLY

*