Kasaï Oriental : le Caucus des députés au chevet des expulsés de Brazza

0
54

«C’est dans les moments difficiles que l’on reconnait les meilleurs amis » : cet adage a trouvé tout son sens dans la visite rendue le vendredi 11 juillet 2014 aux expulsés de Brazzaville originaires du Kasaï Oriental par les députés nationaux regroupés au sein du Caucus des parlementaires de cette province.

La délégation, conduite par son vice –président, Emery Okundji, qui était accompagné d’Emile Etumangele, Gisèle Ngoya.. s’est présentée au site de Transit de Maluku, à l’est de Kinshasa, où sont hébergés les expulsés de Brazzaville, afin de palper du doigt leurs difficiles conditions de survie. Ces députés ont amené dans leur gibecière des vivres et des biens de première nécessité.

Tout en remerciant les députés qui se sont montrés généreux à leur égard, les bénéficiaires ont exprimé  leur désir ardent de retourner dans leurs territoires d’origine. Le chef de la délégation a réaffirmé la ferme détermination des députés du Kasaï Oriental de travailler en synergie avec les autres personnalités originaires de la province, notamment Moïse Ekanga, Raymond Tshibanda, Lambert Mende, pour donner une réponse à ce souhait de rentrer vers la terre de leurs ancêtres.

Emery Okunji a annoncé que le gouverneur de province a donné son accord pour faciliter le retour des expulsés de Brazzaville, originaires du Kasaï Oriental. Dans le même ordre d’idées, le rapporteur du Caucus, Etumangele, a rassuré ses frères que toutes les dispositions sont prises pour accélérer leur retour au bercail dans de bonnes conditions.

Tout en louant l’initiative des députés du Kasaï Oriental, le Coordonnateur du site de Maluku, le chef de  division des Affaires sociales et Action humanitaire, Barume  Mondo, a lancé un appel aux élus d’autres provinces pour leur emboiter le pas.

Il a déploré la précarité dans laquelle vivent les expulsés de Brazzaville dans le site de Maluku, signalant au passage l’enregistrement de 60 naissances de bébés depuis son ouverture.

Pour rappel, ces expulsés sont regroupés au site de Maluku depuis le mois de mai, sur décision du gouvernement. Le ministre de l’intérieur, Richard Muyej, a fait savoir dernièrement que le site de Maluku serait définitivement fermé dans un avenir proche.

ERIC WEMBA   

LEAVE A REPLY

*