Kamerhe à la pêche de Tshisekedi, du G7, de la Dynamique…

0
463

kamerheDésigné co-modérateur du dialogue, Vital Kamerhe, bien que non inscrit sur la liste des orateurs du jour, a improvisé une intervention fort remarquée hier à la Cité de l’Union Africaine, en marge de l’ouverture du dialogue. A l’instar de ses prédécesseurs à la tribune, il a déploré l’absence des leaders de l’UDPS (Tshisekedi), du G7 (Mwando, Lumbi, Kyungu, Endundo, Kamitatu, Banza, Lutundula), de la Dynamique (Matungulu, Fayulu, Sessanga) et d’autres sensibilités de l’Opposition à ce forum.

            Pour quelqu’un que d’aucuns croyaient totalement acquis aux thèses de la Majorité, son souci de la recherche d’un dialogue réellement inclusif a étonné. L’opinion nationale a été surprise davantage de le voir solliciter et obtenir, du facilitateur, la suspension des travaux pendant deux jours ou trois jours, pour lui permettre de mener personnellement des missions de bons offices auprès de l’UDPS, du G7, de la Dynamique et autres dans le but de les ramener à la table du dialogue.

Pour réunir le maximum de chances de réussite dans cette mission difficile, pour ne pas dire impossible, le président de l’UNC a  sollicité le concours des évêques regroupés au sein de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo) et de la communauté internationale.

Mission impossible à Limete

La démarche de Vital Kamerhe surprend d’autant que il a brillé par ses absences aux rencontres de l’Opposition visant l’unité d’action pour obtenir un Dialogue inclusif, notamment le Conclave de Genval en juin dernier, les échanges avec le Panel et la Communauté internationale à Paris, le meeting du 31 juillet à Kinshasa, etc. Attendu plus d’une fois chez Tshisekedi à Bruxelles, il trouvait toujours un prétexte pour faire faux bond. On le voit mal se présenter sur Petunias à Limete et convaincre Tshisekedi ainsi que ces partenaires du Rassemblement de revoir leur position sans que ne soit respecter au préalable leurs conditions de participation au Dialogue. On se demande quelle va être la contribution de la Cenco qui a entre ses mains le cahier des charges du Rassemblement lui amené par le doyen Kiakwama il y a trois jours.   Comment Vital Kamerhe abandonné par deux de ses lieutenants, à savoir Jean-Betrand Ewanga et Jérôme Lusenge, va-t-il convaincre Tshisekedi, Mwando et compagnie de lui faire confiance.

En réponse à la requête de Vital Kamerhe, le facilitateur du dialogue, Edem Kodjo a manifesté un grand intérêt pour la démarche et l’a comparée à la pêche miraculeuse réalisé par Jésus-Christ, selon les Ecritures Saintes, a formé l’espoir que le désormais co-modérateur du dialogue réussisse dans 48 heures ce que lui-même n’a pas pu accomplir pendant des mois.

            Tout en félicitant le pouvoir pour les récentes mesures de décrispation politique, Vital Kamerhe les a jugées insuffisantes, au motif que d’autres prisonniers continuent à croupir dans des prisons du pays et que 4 chaines de télévision dans l’ex- province du Katanga fermées.

            Il a émis le vœu de rencontrer le président Kabila pour lui montrer le chemin le plus court, à savoir la publication d’un calendrier électoral consensuel pour résoudre la crise actuelle qui menace la stabilité de la République Démocratique du Congo.

            A son avis, le premier objectif  du dialogue est d’organiser des élections transparentes et apaisées qui déboucheraient sur la première  passation civilisée des pouvoirs au sommet de l’Etat.

            «On a le choix soit de commencer par la guerre et dialoguer après, soit l’inverse », a-t-il souligné, avant de marteler, à l’intention de ses anciens compagnons de la Majorité que le dialogue n’a pas pour objectif d’accorder un troisième mandat au président Kabila.

Pour le président de l’UNC, le but du dialogue est de donner une chance à la paix et aux élections apaisées.

            Notons que dans son mot de bienvenue, le gouverneur de la ville de Kinshasa a remercié le facilitateur du dialogue d’avoir choisi la capitale pour abriter ces assises. André Kimbuta a appelé les participants à ce dialogue à mettre chacun de l’eau dans son vin pour épargner la ville de Kinshasa, oasis de paix, des troubles et des villes mortes.

            Signalons qu’il est prévu, ce vendredi, une séance de travail pour la révision des listes des participants.

            ERIC WEMBA