Kalamu : en pleine journée, des bandits arrachent 8.300 US à une cambiste

0
286

kuluna_0Comme dans un film, une femme d’affaires nommée Antoinette  Imbolo, alias « Maman Anto » pour les intimes, a été dévalisée hier lundi 04 juillet 2016 autour de 9h30, dans sa maison de change située sur l’avenue Victoire, en diagonale de l’entrée Kimwenza, commune de Kalamu.

Selon le récit fait par la victime, trois hommes en tenue civile se sont pointés devant sa maison. Deux d’entre eux sont entrés les premiers, pendant que le troisième faisait semblant de traîner encore dehors. Pendant qu’elle voulait répondre à celui qui lui demandait le prix des chemises Bazin qu’elle vend dans la même maison, l’homme qui était dehors a subitement fait son entrée, Soudain, il lui a ordonne de remettre tout l’argent qu’elle avait sur elle. Elle était en train de faire des opérations de change, et avait sur elle des devises et
les francs congolais.

Dès qu’elle s’est rendue compte qu’elle n’avait pas à faire à des clients ordinaires mais plutôt des bandits, deux entre eux lui ont braqué des armes. Le dernier à rejoindre le groupe a sorti son arme d’un sac en plastique mieux connu à la place Kinshasa sous l’appellation de « market » qu’il tenait comme un emballage pour éventuellement mettre des produits à acheter ; tandis que l’un des deux brigands avait la sienne sur la ceinture.

Remarquant que leur victime était tentée de résister et n’était pas prête à céder à l’intimidation malgré le braquage, les bandits n’ont d’autre alternative que la brutaliser. Ils ont commencé à se disputer les effets de maman Anto dont un petit sac à mains contenant des devises, téléphones portables et ses pièces d’identité ; et un gros sac «market» des francs congolais.

Ne voulant pas lâcher prise, alors que les bandits tenaient ses effets, elle les a poursuivis jusqu’à l’extérieur. Et pour mieux s’échapper, ils ont tiré quelques balles en l’air en signe
d’intimidation avant de monter dans une voiture pour partir. Mais, la victime  avait poussé sa témérité à telle enseigne qu’elle s’est même placée devant la voiture dans le but de les empêcher de s’en aller.

Malheureusement, ils ont réussi à dévier et partir à grande vitesse.

Ce qui a le plus étonné, c’est le fait qu’aucune intervention, qu’elle soit des forces de l’ordre ou de la population, n’est arrivée alors que la maison où se déroulait la scène est située à un endroit de grande affluence, surtout à cette heure là ! Plusieurs hommes de métiers (fabricants des sièges des taxi-bus, des opérateurs d’appels téléphoniques, tenanciers des bars et cargos, changeurs de fortune, des conducteurs de tous bords, et passants) étaient présents quand la scène s’est déroulée !

En plus, un commissariat de la police nationale est situé à 300 mètres de là, sans compter des éléments du même corps affectés à la sécurité des deux stations service installées dans les parages !

Selon la victime, le total de fonds emportés par les criminels (dollars, euros, et équivalent en francs congolais) se chiffre plus de 8.300 dollars américains, dont la grande partie en devises étrangères.

Elle a déposé plainte au commissariat du district de police de Funa logé sur la même artère, vers la place Victoire, qui l’a entendue. De retour à la maison, c’était la consternation totale et des scènes de compassion envers la victime qui a su quand même garder son moral haut.

Dom