Kabila-Gizenga : divorce  consommé !

0
381

C’est la rupture définitive entre le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) et la Majorité Présidentielle (MP). Dans un communiqué émanant du Secrétariat général du PALU rendu public hier mardi 13 mars 2018, Gizenga Lugi a annoncé la fin de l’alliance électorale conclu par son parti avec la famille politique du Chef de l’Etat depuis 2006.

Le même document précise que sur instruction de son « Autorité morale
», Antoine Gizenga, le PALU devrait retirer incessamment ses
représentants des institutions (Assemblée Nationale, Sénat, Assemblées
provinciales, gouvernements provinciaux) ainsi que des entreprises et
services publics.
Intervenant hier sur les antennes de TOP Congo, ce haut cadre du PALU
a confirmé la conclusion incessante d’une alliance électorale avec le
MLC (Mouvement de Libération du Congo) de Jean-Pierre BEMBA.
Rappelons qu’en 2006, le PALU avait conclu un accord électoral avec
la Majorité Présidentielle au deuxième tour de l’élection
présidentielle. Selon cet accord, le candidat du PALU, le patriarche
Antoine Gizenga, arrivé troisième au premier tour de l’élection
présidentielle, s‘engageait à soutenir au deuxième tour le ticket de
la majorité, à savoir Joseph Kabila, en contrepartie de la Primature.
Ce deal électoral était en défaveur de Jean- Pierre Bemba, challenger
de Joseph Kabila, au deuxième tour avec qui le PALU avait accepté de
composer pour barrer la route de la présidence de la République au «
Chairman ».
Aujourd’hui, les choses ont changé. Le Palu vient de se tourner vers
le MLC pour gagner la bataille de la présidentielle en décembre 2018.
Outre le MLC, le PALU était en pourparlers hier mardi 13 mars 2018 via
son  Secrétaire adjoint chargé des finances, le Premier ministre
honoraire Adolphe Muzito, avec une délégation de  l’Union pour la
Nation Congolaise conduite par son président, Vital Kamerhe accompagné
de son Secrétaire Général, Jean Baudouin Mayo.
Nous apprenons qu’à l’issue de cette rencontre, Vital Kamerhe a
conseillé à Adolphe Muzito, son ancien condisciple à la faculté
d’Economie de l’Université de Kinshasa, de peser de tout son poids
pour le retrait de ses délégués des institutions du pays, afin de
favoriser la mise en place rapide d’une plate-forme électorale
regroupant le PALU, le MLC et l’UNC.
Selon certaines indiscrétions, la sortie officielle de cette nouvelle
coalition électorale pourrait intervenir, sauf imprévu, ce week-end.

Les vraies raisons
du divorce
Dans une intervention sur Top Congo, un autre cadre du parti, Gizanga
a donné les vraies raisons du divorce entre le PALU et la famille
politique du chef de l’Etat. A l’en croire, il était convenu en 2006,
dans le deal électoral entre « Nationalistes de gauche », que la
Majorité présidentielle devait soutenir le candidat du Palu à
l’élection présidentielle à l’expiration des deux mandats de Joseph
Kabila à la magistrature suprême.
Selon ce haut cadre du PALU, sa formation politique a respecté sa part
de contrat en soutenant la candidature de Joseph Kabila aux
présidentielles de 2006 et 2011.
Il a déploré le fait que la Majorité Présidentielle ne leur a pas
renvoyé l’ascenseur pour l’échéance de décembre 2017, reportée à
décembre 2018.
Pour nombre d’observateurs, la crise avait pris corps lorsque la
Majorité présidentielle avait refusé d’honorer sa promesse de céder le
poste de vice- président de l’Assemblée nationale au candidat du PALU,
Godefroid Mayobo.
Contre toute attente, ce poste avait été attribué à Mwando Simba, à
l’époque cacique de la Majorité.
ERIC WEMBA