Kabila contre l’affairisme au sein des Fardc et de la police

0
45

Zemanta Related Posts ThumbnailL’affairisme qui s’est installé au sein des Fardc et de la Police nationale congolaise, et qui voit des officiers supérieurs et subalternes, trôner sur des mines d’or, de diamant et de coltan, et acquérir des empires immobiliers au pays et hors de nos frontières, ainsi que des bateaux et des avions, et peut-être des trains dans les années à venir, vient d’être stigmatisé par le président de la République. En effet, dans son discours d’hier sur l’état de la Nation, prononcé devant le Parlement réuni en congrès, le commandant suprême des Fardc et de la PNC, s’appuyant sur les résolutions des travaux de concertations nationales, a dressé un diagnostic sévère des maux susceptibles d’introduire des grains de sable dans la machine du secteur de la sécurité. Dans un regard très critique sur ces deux corps, il a déploré bon nombre de pesanteurs qui gangrènent le bon fonctionnement de certains compartiments et touchent dangereusement la chaîne de commandement.

 Entre autres maux, Joseph Kabila a épinglé notamment le pillage des ressources naturelles, le détournement de la solde des militaires et des policiers, celui des armes et munitions, ainsi que du matériel destiné aux forces armées. On peut verser dans le même panier, le détournement des rations des militaires et des policiers qui prennent d’autres destinations que celles de leurs bénéficiaires, créant ainsi des remous. Ce sont certainement ces détournements et les recettes du trafic illicite des produits miniers et autres pierres précieuses qui ont enrichi ces officiers supérieurs et subalternes, aujourd’hui plus préoccupés par la bonne marche de leurs affaires que par les problèmes sécuritaires. C’est surtout à cause de cet affairisme débordant que notre système de défense a dévoilé ses faiblesses sur le terrain, laissant ainsi l’avantage aux insurgés. On se rappelle que pendant la guerre de l’Est, certains officiers supérieurs et subalternes étaient plus présents dans leurs mines pour surveiller l’exploitation minière artisanale, que sur les différents fronts. Le chef de l’Etat l’a fait savoir hier, en martelant que tout affairisme doit être banni de l’armée et de la police. Car pour lui, l’expérience a montré que quand un officier a pour maîtres, le drapeau et l’argent, le premier en pâtit nécessairement. Cette triste expérience est vécue au Nord-Kivu et dans la Province Orientale.

Joseph Kabila qui a brandi le bâton, a également évoqué le chapitre des violences sexuelles et des viols massifs sur des femmes et des enfants qui ont terni l’image de marque de ces deux corps et éclaboussé le prestige de notre pays, particulièrement dans la partie Est en proie à des conflits armés à répétition.

 Il faut que force reste à la discipline au sein des Fardc et de la Police

Comme pour conjurer le mauvais sort, le président de la république a appelé l’Auditeur général des Fardc à accentuer des enquêtes à charge des officiers supérieurs, subalternes et hommes de troupe, sur qui pèsent de nombreuses accusations. Dans cette nouvelle vision d’une armée et d’une police républicaines, restructurées et réformées, fruit des études et des travaux menés laborieusement par les comités de suivi de la  réforme du secteur de la sécurité, il entend accorder une place prépondérante au recrutement de qualité, à la discipline, à la formation, à la professionnalisation et à l’équipement, conformes aux standards internationaux. Cette fois-ci, on ne reviendra certainement plus sur les intégrations et réintégrations des criminels de guerre patentés et autres éléments indisciplinés issus de groupes armés et autres forces négatives, éligibles aux poursuites de la Cour pénale internationale. Leur place ne sera plus dans les Fardc, mais dans les gêoles de cette juridiction. Et c’est donc pour renforcer davantage la discipline à tous les échelons, et réinstaurer la culture de l’éthique, qu’il va actionner les services judiciaires aussi bien civils que militaires pour veiller à la stricte application des lois et des règlements militaires, ainsi que ceux de la police.

Avec cette volonté affichée de remettre l’ordre dans la boutique, l’on croit savoir que Kabila ne va pas lésiner sur les moyens à mettre en œuvre pour réactiver le système des sanctions contre les membres de forces armées et de la Police nationale congolaise reconnus coupables de quelques crimes et méfaits.

La population qui avait perdu confiance en certains éléments des Fardc et de la police, commence à accorder un crédit minime aux changements insufflés dans ces deux corps dans le cadre de la réforme. Elle attend donc voir la mise en œuvre de ces mutations et des changements de mentalité et de comportements s’opérer au quotidien à travers la sécurisation des citoyens, de leurs biens et la défense du territoire national. C’est à un grand chantier que le président de la république va s’atteler dans les jours à venir. Car, non seulement il était temps de remettre de l’ordre au sein des Fardc et de la police, mais de frapper un grand coup dans la fourmilière pour en extirper les principaux maux. L’opinion nationale attend en effet, un signal fort dans le cadre de l’assainissement des mœurs dans ces deux corps.

       J.R.T.        

LEAVE A REPLY

*