Kabila compte ses fidèles au Vélodrome

0
29

L’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP), créée en 2006, entre les deux tours de l’élection présidentielle, va être enterrée définitivement ce mardi 05 avril 2011 au Vélodrome de Kintambo, dans la commune du même nom, à Kinshasa. La « défunte » va être automatiquement remplacée par la MP (Majorité Présidentielle), qui sera portée sur les fonts baptisme dans le même site. Une fois que le nouveau Secrétariat général aura pris acte de la signature de la Charte, il sera procédé à la sortie officielle de la plate-forme.
Les sociétaires (partis et personnalités politiques) du nouveau regroupement politique devant désormais fédérer les partenaires politiques du Chef de l’Etat sont appelés à signer, solennellement et  publiquement, la nouvelle Charte adoptée le vendredi 1er avril à Kingankati.

 Selon les participants à cette rencontre de clarification, les personnes morales et physiques qui acceptent de se placer sous la bannière de la MP mettent ipso facto sous l’éteignoir leurs propres ambitions politiques pour laisser carte blanche à l’ »Autorité Morale » dans ladite matière. On laisse entendre que les relations avec le PALU et l’Udemo ne sont pas affectées, jusqu’à nouvel ordre, par la mutation de l’AMP en MP.

S’agissant des objectifs immédiats poursuivis par la Majorité Présidentielle, on fait état de la réélection de Joseph Kabila comme priorité des priorités, avant la bataille pour le contrôle du futur Parlement (Sénat et Assemblée Nationale) et, partant, du futur gouvernement.

 

On rappelle que l’option de la restructuration de l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP) avait été formellement arrêtée le mercredi 16 février 2011, lors d’un conciliabule présidé à la ferme de Kingankati par Joseph Kabila en personne, à l’intention des membres du Bureau politique de cette plate-forme. Mais après la publication de la mouture de la Charte révisée, de sérieux remous avaient gagné le camp présidentiel. Certains partis et individualités, craignant de connaître une « mort subite » politiquement, avaient ouvertement boudé le changement.

Mais, du côté du pré-carré présidentiel, le message était sans équivoque. La nouvelle Charte était à prendre ou à laisser. Explication : l’Autorité morale n’entendait plus laisser libre court à l’inflation d’ambitions politiques, à tous les niveaux. Ce mardi, l’on saura, à partir de la liste des signatures, s’il y a eu défection ou pas dans les rangs de la majorité au pouvoir. Mais, selon les nouvelles en circulation dans les salons politiques, aucun allié politique du Chef de l’Etat n’aurait pris le risque de quitter le « bateau ».

Kimp

 

LEAVE A REPLY

*