Kabila a inauguré la Centrale hydroélectrique de la SNEL Zongo II

0
198

Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, a présidé à
l’inauguration de la nouvelle Centrale Hydroélectrique ZONGO II, le
vendredi, 22 juin 2018. La cérémonie s’est déroulée à 56 km de la cité
de Kisantu, secteur de Gombe Matadi, territoire de Mbanza-Ngungu, sur
le site de Zongo dans la province du Kongo-Central. Plusieurs
personnalités et membres des gouvernements, tant national que
provincial, étaient présents à cette manifestation. Parmi eux, on a
noté la présence du Premier ministre, Bruno Tshibala Nzenze, du
ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto, des
gouverneurs de la Ville-Province de Kinshasa et de la province du
Kongo-Central, respectivement André Kimbuta Yango et Jacques Mbadu
Situ et, enfin, de l’Administrateur-délégué de la Société National
d’Electricité (S.N.EL. s.a), Jean Bosco Kayombo Kayan.

Premier à prendre la parole, Jacques Mbadu Situ a remercié le
Président de la République en soulignant que quatre mois après
l’inauguration du Bâtiment administratif du gouvernorat à Matadi,
c’est l’inauguration de la Centrale hydroélectrique de Zongo II ;
réalisations à mettre à l’actif de la Révolution de la modernité dont
le Chef de l’Etat est l’initiateur. Le Gouverneur du Kongo-Central a
noté que le Président Kabila était le Père de la reconstruction qui –
66 ans après l’ancienne puissance coloniale et partant du même cours
d’eau – vient de doter la RDC  d’un nouveau barrage hydroélectrique
dénommé Zongo II. Un barrage qui – il en était sûr – réduira à coup
sûr le déficit énergétique auquel fait sérieusement face la RDC.
Jacques Badu a également remercié le Chef de l’Etat d’avoir permis
l’implantation dans sa province d’importants investissements dans
plusieurs secteurs, tant publics que privés de l’ordre de cinq
milliards de dollars américains au cours des cinq dernières années.
Parmi les plus importants, il a cité, entre autres, l’érection des
cimenteries, la construction des ports et, évidemment la construction
du Barrage Hydroélectrique de Zongo II. Il a indiqué que l’ensemble de
ces investissements ont généré 500.000 emplois directs et indirects.
Immédiatement après, Zao Feng – de l’entreprise SINOHYDRO qui a
construit le barrage Zongo II – directeur général adjoint du Projet
Zongo II a pris la parole pour signaler que ce barrage, fruit des
meilleures rélations entre la RDC et la Chine produira au total 150
MW.

Coût : 360 millions USD dont 30 millions USD de fonds de contrepartie.
Production : 150 MW

S’exprimant aussi à cette occasion, Jean Bosco Kayombo Kayan a
souhaité la bienvenue au Chef de l’Etat ; surtout qu’il était venu en
ce jour inaugurer un nouveau barrage, construit 30 ans après celui de
Mobayi, qui était jusqu’alors, le dernier à être inauguré dans le
pays. Ce nouveau barrage, a-t-il dit, cadrait avec la vision du
Président de la République sur la Révolution de la modernité. En
outre, il a précisé que son coût est évalué à 360 millions de dollars
américains (USD) dont 30 millions USD sur fonds propres. En attendant
que la ligne de 220 km d’évacuation de l’énergie produite par les
turbines de Zongo II soit totalement achevée jusqu’à la capitale,
précisément à la station de Kinsuka, l’Administrateur-délégué de la
SNEL a expliqué qu’à partir de ce jour, cette production sera
acheminée par interconnexion avec le réseau de Zongo 1 vers les
stations de Badiadingi et de Gombe à Kinshasa et vers le
Kongo-Central. Cela permettra, selon lui, l’amélioration de
l’alimentation en énergie électrique de 40.000 ménages. Il a pris
l’engagement de veiller sur ce barrage pour le bien de tous les
abonnés.
Avant la coupure du ruban symbolique par le Chef de l’Etat, Ingele
Ifoto a pris la parole pour montrer l’importance du barrage Zongo II,
qui,  face au barrage de Mobayi – inauguré il y a 30 ans – qui ne
produit que 10,5MW, produira 150 MW. Pour cette raison, il a souligné
que cette inauguration est un jour mémorable parce qu’il y aura
protection de l’environnement, prospérité de l’économie et confort
familial.
SAKAZ