Justice internationale : des experts en « université » à Bukavu

0
24

 Environ trente participants de la RDCongo, du Rwanda, du Burundi, du Congo Brazza, de la République centrafricaine sont attendus du 29 novembre au 10 novembre à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu.
 Selon l’ong Acadosha, co-organisatrice de la première université africaine d’été en droits de l’homme (Uaedh),  11 modules  seront animés par des experts issus du monde universitaire et scientifique, de la Cour Pénale Internationale, des agences du système des Nations Unies, des organisations internationales, de la société civile internationale et nationale.
 Les différentes présentations et discussions porteront sur le Droit international humanitaire,  la Déclaration universelle des droits de l’Homme et Ethique des droits de l’Homme , la Justice au niveau international : CIJ, TPIY, TPIR…, la Cour Pénale Internationale : Connaitre pour mieux s’engager, la politique du bureau du Procureur de la CPI, le Monitoring, Reporting et Lobbying en droits de l’Homme, les Droits des communautés et Peuples Autochtones, les Mécanismes africains de sauvegarde des droits de l’Homme, le Conseil des droits de l’Homme et Procédures spéciales, l’Examen périodique universel et la présentation d’une plainte relative à une violation présumée des droits de l’Homme.

 En marge de ces assises, les participants visiteront les services de sécurité de la RDC et les droits de l’Homme (Visite à la PNC, ANR, FARDC, Frontières), les services judiciaires et pénitentiaires et les droits de l’Homme (Visite au Parquet Général, à la Prison centrale, Auditorat militaire).                        

        D-I.K
 
 Sous la facilitation de Ferdinand Ferella, journaliste à Voice of America(VOA), une session de formation des journalistes congolais sur le VIH/sida s’est ouverte  hier lundi 8 novembre 2010, au Salon Virunga de l’hôtel Memling. Selon les organisateurs, l’objectif de cet atelier est de susciter davantage, auprès des professionnels des médias, la sensibilité de couverture des activités liées à la lutte contre le sida, dans tous ses volets (prévention, prise en charge, stigmatisation etc.)
 A l’ouverture, 3 orateurs, les docteurs Kékoura Kourouma, Aimé Mboyo et J. Kawunda  se sont succédé à la tribune pour expliquer à l’auditoire les relations entre les « médias et le VIH » ; un aperçu global sur la prévention du VIH ; et enfin, sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en RDC.
 En somme, le premier orateur a indiqué que les médias peuvent efficacement contribuer à la lutte contre ce fléau, non seulement grâce à des comportements et pratiques responsables individuels, mais aussi en faisant la promotion de la prévention au quotidien, en facilitant l’accès au service de prise en charge, et en combattant toute forme de stigmatisation. Concernant la prévention, le Dr Kawunda a souligné les méthodes classiques de protection, tout en encourageant le dépistage volontaire. Enfin, la prise en charge étant l’un des moyens mis en œuvre pour arrêter la progression de la maladie, le Dr Aimé Mboyo a indiqué qu’elle peut être de diverses natures (médicale, psychosociale, socio-économique et nutritionnelle).
 La première journée s’est clôturée par une descente sur terrain dans la Commune de Kasa-Vubu, au siège d’AmoCongo, une des organisations pionnières dans la lutte contre le sida en RDC.

Tshieke Bukasa
 

LEAVE A REPLY

*