« Journées du Barreau 2015 » : les avocats satisfaits

0
73

Les lampions de la 13eme édition des « Journées du Barreau » pour l’année 2015 se sont éteints le week-end dernier à Kinshasa au Salon Congo du Pullman Grand-Hôtel, à la Gombe. Organisées du jeudi 9 au samedi 11 juillet, elles ont été clôturées en présence de plusieurs personnalités, dont Me Matadi Wamba, Bâtonnier National, Me Edouard Kayembe, Bâtonnier du Barreau de la Gombe, de Me Coco Kayudi, Bâtonnier du Barreau de Kinshasa Matete.

Pendant trois jours, les participants ont suivi plusieurs exposés qui tournaient autour des thèmes tels que le contrat de partenariat public-privé, les procédures devant la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA), les contrats internationaux (contentieux et mode de règlement), les voies d’exécution ( saisies des créances et attributions des créances), le droit minier et la protection de l’environnement, etc. …

Procédant à la clôture des « Journées du Barreau 2015 », le Bâtonnier National, Me Matadi Wamba, a rappelé aux avocats le parcours du combat du barreau, fait de hauts et de bas. Il a profité de l’occasion pour saluer l’engagement de ses prédécesseurs, qui se sont dépensés sans compter pour l’avènement d’un barreau congolais digne de respect : Kisimba Ngoy, Mukendi Wa Mulumba, Lumina Ntoka, etc.

De son côté, Me Edouard Kayembe, Bâtonnier du Barreau de Kinshasa/Gombe, s’est réjoui des moments d’échanges qui ont permis aux avocats congolais de prendre le train de la mondialisation sans la moindre difficulté, avant d’ajouter que la réussite professionnelle d’un avocat est avant tout tributaire de son expertise.

            Intervenant pour sa part, Me Coco Kayudi, Bâtonnier du Barreau de Kinshasa/Matete, a réitéré sa gratitude à tous ses confrères participants ainsi qu’à tous ceux qui ont œuvré pour la réussite des « Journées du Barreau 2015 ». Il a souligné le fait que les débats entre porteurs des toges noires ont confirmé le besoin croissant de la formation au sein de leur corporation, afin de permettre à ses membres de se mettre à jour et de répondre aux standards internationaux. Toutefois, il s’est dit ouvert aux observations de ses confrères pour améliorer l’organisation des rencontres futures.

            Appelée à donner son point de vue sur les assises de Kinshasa, Me Gisèle Ngungua, avocate au Barreau de Lubumbashi et représentante de la Bâtonnière de Lubumbashi, a attiré l’attention de ses confrères sur la nécessité de s’approprier le Code minier, dont le projet de loi est encore en examen au niveau de l’Assemblée nationale.

Melba Muzola