Journée mondiale de réfugiés : des ONDH plaident pour la subvention de la CNR

0
40

 A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des réfugiés chaque 20 juin, des organisations non gouvernementales des droits de l’homme en République Démocratique du Congo ont profité de cette occasion pour mener un plaidoyer en direction des dirigeants congolais pour subventionner la Commission Nationale des Réfugiés.

Pour cette année, le thème choisi est : « Seule famille déchirée par la guerre  c’est déjà trop et sous – thème : «Prenez une minute pour soutenir la famille forcée de faim».

Ces ONG ont fait une déclaration pour renforcer la protection et l’assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile, tel que le prévoit le décret-loi N°021/2002 du 16 octobre 2002 portant statut des réfugiés en République Démocratique du Congo, en son article 40.

Selon elles, la CNR est en train de fonctionner sans appui financier de l’État, grâce à une assistance du HCR. Comme l’a déclaré Madame Dr. Prof. Berthe NZINGA ILUNGA, secrétaire permanent de la CNR lors de sa rencontre le 06 juin 2014 au siège de la CNR à Lingwala, avec les chefs des communautés des réfugiés urbains que notre pays n’est pas capable d’assister les réfugiés et les demandeurs d’asile matériellement et financièrement mais, seulement leur délivre les cartes de réfugié, attestation de prise des contacts etc. Cela montre que notre pays est en train de démissionner de son propre engagement.

A cet effet, il faudrait : – statuer sur les demandes de statut de réfugié conformément aux articles 1 à 3 de la présente loi, ainsi que sur toute situation d’afflux des réfugiés ou demandeurs d’asile vers la RDC ;

–  décider sur la cessation ou la perte du statut des réfugiés selon les conditions définies aux articles 4 et 6 de la présente loi ;

– donner son avis préalable à l’exécution de toute mesure d’expulsion ou d’extradition concernant un réfugié ou un demandeur d’asile en RDC conformément à l’article 32 de la Convention de Genève du 28 juillet 1951, relative au statut des réfugiés ainsi qu’à l’article 2 alinéa 3 de l’Unité Africaine du 10 septembre 1969, régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique ;

–  examiner les demandes de réinstallation en RDC, et en cas de décision favorable, prendre des réfugiés et demandeurs d’asile dans de meilleures conditions de sécurité et de dignité possibles ;

–  étudier et proposer au Gouvernement toutes les mesures susceptibles d’améliorer les conditions de vie des réfugiés et des demandeurs d’asile en RDC ;

–  sensibiliser l’opinion tant nationale qu’internationale sur les problèmes des réfugiés et demandeurs d’asile en RDC ;

–   subvenir dans la mesure des moyens mis à sa disposition, aux besoins élémentaires des réfugiés et demandeurs d’asile se trouvant sur le territoire congolais, sous la protection du Gouvernement congolais, notamment en matière de logement, nourriture, santé et éducation étant entendu qu’elle peut pour ce faire, recourir à l’aide des organisations nationales et internationales s’intéressant aux problèmes des réfugiés et demandeurs d’asiles ;

Le collectif des ONGDH demande aux Gouvernement congolais de remplir la mission telle que définie par le décret-loi N°021/2002 du 16 octobre 2002, portant statut des réfugiés en République Démocratique du Congo ;

–       Et nous demandons aux représentants régionale et leurs adjoints d’ouvrir leur portes aux réfugiés et demandeurs d’asile, c’est parce que c’est grâce à eux qu’ils sont ici à Kinshasa ;

– Aux réfugiés et aux demandeurs d’asile de lutter pacifiquement contre toutes les dictatures sur notre continent d’où qu’elles viennent afin qu’hier ne soit pas comme aujourd’hui.

Enfin, il a demandé à toutes les ONGDH en RD Congo de défendre le droit des Réfugiés et demandeurs d’asile sur notre territoire.

Les associations signateurs sont : Ligue des Électeurs, la Fondation Bill Clinton pour la Paix, Acaj, etc.

Dorcas Nsomue

LEAVE A REPLY

*