« Journée mondiale de l’Eau » en RD Congo : «Villages et écoles assainis » dans toutes les provinces

0
129

water drop and water ringsLe programme gouvernemental : « Villages et écoles assainis » doit s’étendre à toutes les provinces du pays – particulièrement à l’Equateur à cause d’Ebola qui y a sévi – pour préserver des milliers de villageois et des écoliers des maladies d’origine hydrique. Pour la deuxième phase de ce programme qu’il venait de lancer, le ministre a précisé qu’elle permettra une meilleure appropriation de ce programme par la population dans son intérêt. Ces propositions ont été faites par Félix Kabange Numbi, ministre de la Santé publique lors de la double cérémonie du lancement de la deuxième phase du programme gouvernemental « Villages et écoles assainis » et de la célébration de la « Journée mondiale de l’Eau » qui s’est déroulée le vendredi, 20 mars 2015, à l’Hôtel Béatrice, dans la commune de la Gombe. Ce programme appuyé par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) vise essentiellement à
offrir à la communauté ciblée un environnement salubre, avec une source d’eau potable, des toilettes (WC) répondant aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avec une implication effective de la communauté. Il n’est pas anodin de signaler que le même programme vise à restaurer dans la périphérie des grandes agglomérations telles que Kinshasa – où ce programme a débuté lors de sa première phase – et dans les villages et écoles ciblés de l’intérieur du pays, de meilleures conditions d’hygiène pour conjurer des maladies d’origine hydrique qui ne cessent de décimer, dans notre pays, la population à travers plusieurs maladies telles que la diarrhée, le choléra, la pneumonie, les verminoses, le paludisme, etc.
Le ministère de la Santé publique et l’Unicef regrettent que dans notre pays, 3,5 millions d’enfants meurent avant de fêter leur 5ème anniversaire. Plusieurs personnalités ont rehaussé de leur présence cette manifestation qui, comme de coutume, devait se dérouler le 22 mars, décréter «Journée mondiale de l’Eau» depuis 1992, année où la décision avait été prise au niveau de l’Organisation des Nations Unis. Parmi les personnalités ayant accompagné les ministres de la Santé et de l’Energie et Ressources hydrauliques Jeannot Matadi Nenga, on a noté la présence des représentants de l’UNESCO en RDC et de la Coopération britannique (DFID, sans oublier le directeur national de l’Hygiène.
Par ailleurs, Pascal Villeneuve, le représentant de l’Unicef en RDC, a relevé le caractère symbolique de cette manifestation dans la lutte que l’ensemble des partenaires de la Santé mène contre ce type des maladies. Cette lutte, selon les enquêtes menées dans le pays, a fait chuter de 30% la mortalité infantile des enfants de 0 à 5ans. Il a mentionné pour ce faire des interventions à haute impact qui sont menées : distribution des moustiquaires imprégnés d’insecticides et des antibiotiques contre les infections, assainissement du milieu, utilisation de l’eau potable dans les milieux urbains, périurbains et dans les villages. Il a souligné que la première phase du programme a permis de certifier 4.600 villages et a appelé tous les partenaires s’impliquer, plus que jamais, dans la deuxième phase de ce programme. En agissant ainsi, a-t-il conclu, on investi dans la survie des enfants.
Auparavant, le Secrétaire général à la Santé publique a introduit la manifestation en soulignant que la mortalité infantile a été sensiblement réduite dans les villages certifiés par ce programme.
SAKAZ