Journée de l’Enfant Africain : « Nous et les livres » prime ses lauréats

0
60

L’organisation des journalistes pour la promotion de la lecture, « Nous et les livres », coordonnée par Jenny Kalonda, a primé hier mercredi 15 juillet 2015, les lauréats du concours d’écriture et de lecture qu’elle a organisé le lundi 6 juillet 2015 à l’intention des enfants membres de l’Académie Beniven (AcBen), un consortium d’organisations de la société civile militant pour les droits et le bien-être de l’enfant. Ledit concours consistait à faire le résumé du livre « La cuisine du silence » de Malembe Jilla.

Le président administratif d’AcBen, Joseph Lombo, a remis, en guise de prix, des livres et dictionnaires aux 5 lauréats, à l’occasion de la journée culturelle et de conférence-débat organisée par cet établissement, en collaboration avec ses partenaires de la société civile, dont  « Nous et les livres ». Inscrit sous le thème « Jeunesse, culture et droit à la parenté responsable pour une bonne santé et une réussite dans la vie », cette manifestation qui s’est tenue dans la salle de spectacles du Collège Boboto, est intervenue dans le cadre de la Journée de l’Enfant Africain, célébrée le 16 juin, sous le thème « 25 ans après l’adoption de la charte des droits et bien- être de l’enfant, accélérons nos efforts pour l’abolition du mariage précoce ».

Comme l’a expliqué Joseph Lombo, les organisateurs ont choisi cette journée pour évaluer les différents avancées réalisées au pays en ce qui concerne les droits et le bien-être de l’enfant et les défis qui restent encore à relever.

Trois grands thèmes au total ont été développés au cours de la conférence. Il s’agit des exposés du Me Jean-Marie  Mulumba sur la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant 25 ans après ; de Flora Chirwisa sur  jeunesse et parenté responsable et de Malemba Jilla sur la jeunesse et la promotion de la culture.

Ces orateurs sont revenus sur la nécessité et l’importance pour la République Démocratique du Congo de ratifier cette Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant afin de faire avancer tous les processus en cours sur la protection de l’enfant. J.M. Mulumba a martelé que cette ratification pourra permettre au pays de mener des plaidoyers même au niveau régional. Bien que les violences sexuelles faites aux femmes et aux jeunes filles diminuent, comme l’a indiqué la conseillère spéciale du chef de l’Etat en matière des violences sexuelles et enrôlement des enfants soldats, il a indiqué qu’il ne fallait pas à baisser les bras car beaucoup reste encore à faire.

Sous la conduite de Flora Chirwisa, les participants se sont constitués en groupes pour répondre aux questions  touchant à la jeunesse et à ses droits concernant la sexualité, aux devoirs des parents, etc. Quant à la jeunesse et la promotion culturelle, l’orateur Malembe en a appelé à la conscience des acteurs de l’éducation, particulièrement les médias, qui devraient tenir compte du contenu des supports mis à la disposition de la jeunesse, afin d’éviter d’hypothéquer son éducation.

            Il sied de noter que cette journée a été agrémentée par des chants engagés et de conscientisation de la jeunesse au goût de la lecture, en plus des spectacles de danses et des projections des thèmes culturels.

                        Myriam Iragi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •