Jean-Lucien Bussa met le cap sur les élection

0
151

Les militants du Courant des Démocrates Rénovateurs (C.DE.R)  ont pris d’assaut le nouveau siège de leur parti situé dans l’ex permanence de l’Interfédéral du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR), le samedi 11 novembre 2017. Au menu : la communication du président du parti Jean-Lucien Bussa Tongba sur le nouveau calendrier électoral publié le 5 novembre dernier par la Commission électorale nationale indépendante
(CENI).

Sans mettre des gants devant une foule pléthorique (près de 5000 personnes, selon les organisateurs), Jean Lucien Bussa, ministre d’Etat en charge du Commerce extérieur au sein du gouvernement Tshibala, a affirmé être totalement d’accord avec le nouveau
calendrier publié par Corneille Nangaa, président de la CENI. « Je suis venu dire au peuple congolais que nous le C.DE.R, nous sommes d’accord avec le calendrier, que nous le C.DE.R nous mettons le cap sur les élections parce que nous avons envie de gagner et nous allons gagner », a-t-il martelé.

Pour le porte-parole de la délégation de l’opposition signataire de
l’accord de la cité de l’OUA aux négociations de la CENCO, ce
calendrier a le mérite de prendre en compte les points de vue de toute
la classe politique. « Je me satisfais du fait que tous les acteurs
politiques sont d’accord du fait que les élections ne peuvent avoir
lieu qu’en 2018. Et ce calendrier a le mérite d’avoir fixé la tenue
des élections présidentielle, législatives et provinciales  en 2018»,
a-t-il dit, avant d’inviter la classe  politique à «cesser de
tergiverser» et à se préparer à défendre leurs programmes devant la
population.
Conscient des contraintes légales, financières mais également
logistiques dudit calendrier, l’élu de Budjala, territoire du
Sud-Ubangi, a toutefois fait savoir qu’elles surmontables. D’où son
appel à chaque partie prenante à ce processus électoral à prendre ses
responsabilités.  « J’en appelle à la responsabilité du gouvernement
dans lequel j’appartiens pour que nous puissions faire notre travail
et nous allons le faire. J’en appelle à la responsabilité de la CENI
qu’elle fasse aussi son boulot. J’en appelle aussi à la responsabilité
de la classe politique pour que nous nous convenons que finalement
nous devons aller aux élections pour mettre fin à ce régime
d’illégitimité…», a-t-il harangué.
Toujours persuadé que l’Accord de la Cité de l’Union Africaine était
de loin meilleur et réaliste que celui de la CENCO, Jean-Lucien Bussa
s’est tout de même réjoui du fait que tous les acteurs politiques
soient désormais unanimes que les élections se tiennent en 2018. «
J’invite mes pairs de l’opposition à ne plus tergiverser et accepter
le calendrier de la CENI de peur de créer encore un retard dans le
processus électoral. Je demande aussi par conséquent à mes collègues
de l’opposition diversifiée dans les partis politiques de se rendre à
l’évidence que si nous voulons aller vite, nous devons accepter ce
calendrier et c’est le moment de nous concentrer pour préparer les
élections », a-t-il conclu.
Eric Wemba