Italiens et Congolais unis contre le bec-de-lièvre

0
46

La malformation physique connue sous le vocable de « bec-de-lièvre » frappe des milliers de Congolais. Faute de moyens pour se faire opérer, beaucoup passent toute leur vie dans cet état. Cette malformation congénitale, indique-t-on, se manifeste par des fissures sur la lèvre supérieure.

Une équipe médicale venue d’Italie a séjourné à Kinshasa du 11 au 17 avril 2010, pour participer expressément, avec le concours des Congolais, à une campagne d’interventions chirurgicales gratuites en faveur des patients atteints de cette maladie. Composée de 16 Italiens, dont des chirurgiens, des infirmiers, des anesthésistes  et des techniciens de laboratoires, ils ont travaillé en collaboration avec le Département de Chirurgie de l’Université de Kinshasa, auquel se sont joints quatre chirurgiens venus du Bas-Congo.

Exécutant un agenda démentiel, le groupe a consulté 109 patients et opéré, sans frais, 75 d’entre eux.

Chaque patient était, en plus, pris en charge en ce qui concerne l’alimentation, les médicaments et l’hospitalisation. Cette chaîne de solidarité a pu fonctionner sans relâche grâce au financement de l’Ong Smile Train Italia, dont le siège se trouve aux USA. Cette organisation non gouvernementale compte des chaînes locales dans certains Etats d’Afrique  tels que le Kenya, la Tanzanie, l’Afrique du Sud. La RDC n’est pas encore pourvue d’antenne, en dépit de la ferme demande que l’on observe en matière de soins relatifs au bec-de-lièvre.

Au terme d’une semaine de travail en commun, médecins italiens et congolais ainsi que leurs paramédicaux respectifs se sont réjouis d’avoir partagé leurs expériences. Ils ont également admis la nécessité de multiplier les opportunités de prise en charge gratuite des personnes souffrant de cette malformation.

De leur côté, les bénéficiaires d’interventions chirurgicales gratuites ont salué l’action humanitaire initiée par Smile Train Italia. Le grand regret de tous est que la campagne n’a été suffisamment médiatisée. D’où de nombreuses familles ayant des victimes du bec-de-lièvre étaient totalement sous-informées de la bonne nouvelle amenée par des humanitaires venus de loin.  

Tanya Takufa Mayina (Stg/Ifasic)

 

LEAVE A REPLY

*