Isangi : le déplacement des enseignants prive les élèves de 10 à 14 jours de cours par mois

0
159

Dans un entretien à bâton rompus avec Le Phare, le week-end dernier, le révérend Abbé Célestin Osandu Lisuku, prêtre du diocèse d’Opala,  dans le diocèse d’Isangi, en province de la Tshopo,  a tiré la sonnette d’alarme à propos de la paie des enseignants par la Sofibanque à Opala et de la situation humanitaire très précaire de la population  délocalisée d’Obenge.

En effet, le diocèse d’Isangi dans l’ex-Province Orientale couvre quatre territoires : Yahuma, Isangi, Basoko et Opala.  Dans les trois premiers territoires, la paie des enseignants est assurée par Caritas Isangi. Celle des enseignants œuvrant à Opala (quatrième territoire du diocèse), est, par contre, confiée à la « Sofibanque » qui, malheureusement, n’a pas de représentation sur place, encore moins à Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo. Ses agents payeurs  qui viennent de Kinshasa ne s’installent qu’à Opala, leur unique site de paie des enseignants.

Ainsi, pour toucher leurs salaires mensuels, les enseignants de ce territoire doivent se déplacer sur une distance de plus de 100 Km, contraignants ainsi  leurs écoliers et élèves à rester à la maison pendant 10 à 14 jours par mois. Et ce, contrairement à leurs collègues d’autres territoires qui, eux, suivent sans interruption leurs cours.

            La population d’Opala  se dit très inquiète pour ce grand préjudice causé à ses enfants par cette opération de paie. Elle appelle urgemment le gouvernement à se pencher sur cette situation dramatique qui pénalise des innocents.

            Autre fait dénoncé par le prêtre d’Isangi, la situation humanitaire à Obenge. Situé à plus de 600 Km du chef-lieu du diocèse, la situation dans ce coin du pays demeure dramatique. En effet, pour laisser la place au parc de Lomami, la population a été délocalisée de son milieu naturel vers un site non aménagé.

Michel  LUKA