Interdiction de diffusion du film «L’affaire Chebeya, un crime d’Etat?» : position des ONGDH face à la mesure du ministre de la Justice et des Droits Humains

0
36

Nous, Organisations Non Gouvernementales de Promotion et Défense des Droits de l’Homme (ONGDH) réunies ce lundi 09 avril 2012 au siège de la Voix des sans Voix pour les droits de l’homme (VSV), condamnons et dénonçons fermement la mesure portant interdiction de diffusion, sur l’ensemble du territoire de la RDCongo, du film « L’affaire CHEBEYA, un crime d’Etat ? » réalisé par le journaliste cinéaste Thierry Michel, prise par le ministre de la Justice et des Droits Humains, monsieur Luzolo Bambi Lessa, dans sa lettre numéro 410/JPM 0241/DA/CAB/MIN/J&DH/2012 du 27 mars 2012 adressée au Président de la Commission Nationale de Censure.

Les ONGDH relèvent que la mesure sus évoquée viole non seulement la liberté d’expression, mais également le droit à l’information garanti à la population par la Constitution de la RDCongo et les instruments juridiques tant régionaux qu’internationaux.
Les ONGDH notent que le réalisateur n’a fait que reprendre des extraits du procès et les différentes réactions de la population bouleversée et choquée par cet ignoble assassinat.

Lle refus du gouvernement d’autoriser une enquête internationale en 2010, le refus de donner suite à la plainte de la veuve CHEBEYA contre le général John Numbi,  la lenteur concernant l’examen de l’affaire en appel à la Haute Cour Militaire et l’interdiction de la diffusion du film en RDCongo prouvent à suffisance la volonté délibérée des autorités congolaise d’étouffer la vérité et leur implication dans cette affaire.

 Les ONGDH estiment que si ce film contenait des imputations dommageables contre la personne du Chef de l’Etat et portait atteinte à l’honneur et à la dignité de ce dernier, il appartiendrait donc au Président de la République de s’en plaindre auprès de la justice RDCongolaise.

Pour les ONGDH, la seule et unique façon de sauvegarder l’image de la RDCongo et l’honneur du Président de la République est de :
– Pousser la juridiction d’appel à organiser le procès et de rendre justice aux victimes en disant la vérité et en déterminant les circonstances réelles de l’assassinat de Floribert CHEBEYA et de Fidèle BAZANA ;
– Laisser libre la diffusion du film « L’affaire CHEBEYA, un crime d’Etat ? ».
Eu égard à ce qui précède, les ONGDH signataires jugent la décision du ministre de la Justice te des Droits humains, injuste, inique, vexatoire manifestement illégale et liberticide et par conséquent lui demandent de la retirer sans délai.

Fait à Kinshasa, le 09 avril 2012.
Les Organisations de promotion et défense des droits de l’homme signataires :
1. La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV)
2. Association Africaine pour la défense des Droits de l’Homme (ASADHO)
3. Amis de Nelson Mandela Pour les Droits Humains (ANMDH)
4. Œuvres Sociales pour le développement (OSD)
5. Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC)
6. Toges Noires (TN)
7. Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH)
8. Ligue des Electeurs (LE)

LEAVE A REPLY

*