Institut de la Gombe : des élèves en colère ont marché contre la spoliation de leur école

0
226

Un spectacle autant insolite qu’imprévu a été offert par les élèves de l’Institut de la Gombe (aussi appelés Eligo) aux habitants, fonctionnaires et autres curieux qui se retrouvaient à proximité de cet établissement scolaire dans la matinée d’hier lundi 28 novembre 2016. En effet, rameaux et branches arrachées aux arbres entre les mains, ces élèves ont battu le pavé toute la matinée pour protester contre une nouvelle spoliation d’une importante partie de la cour de leur école ; partie jouxtant le terrain occupé par les bureaux préfabriqués de l’Inspection générale à l’EPSP. C’est d’une manière graduelle que la tension a enflammé toute l’école. Un élève de cinquième littéraire a clairement expliqué le début de la manifestation. A 7h30, en revenant de leur repos du week-end, les élèves ont constaté qu’une palissade en tôles galvanisées était érigée sur une bonne partie de la cour de leur école. Ils ont commencé à se poser de question sur ce qui semblait être l’amorce des travaux de construction en pleine concession de leur établissement. Dans un premier temps, certains ont pensé à la poursuite des travaux de l’extension de leur école, mais devant l’absence d’explications
satisfaisantes et logiques, une certitude a fait jour : la cour de l’école a été de nouveau spoliée par une tierce personne. Tous les responsables présents : professeurs, préfets et même le sous-proved se sont lavés les mains en imitant Ponce Pilate.

Conscients de leurs bons droits, les «Eligo» ont méthodiquement démoli la palissade et arraché les chevrons fixés avec ciment dans le sol. Pour obtenir une explication valable, ils ont sommé les membres du gouvernement des élèves de cette école de descendre au cabinet du ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC), Maker Mwangu Famba ayant la gestion de cette école dans ses attributions. Avec des chants et des gesticulations de toutes sortes, l’imposante délégation des «Eligo» est arrivée au cabinet, mais à cause de leur nombre très important, on
leur a demandé de laisser seulement un nombre restreint s’entretenir
avec le ministre, qui d’ailleurs était présent et s’est rendu
disponible pour les recevoir. Au cours de cet entretien, le Ministre a
suivi attentivement les plaintes de ses interlocuteurs sur la
spoliation dont leur école est victime et sur le réel statut de la
piscine de l’Institut de la Gombe, occupée présentement par Shark
Club. Pour ce dernier point, le ministre Maker Mwangu a rassuré ses
interlocuteurs que la piscine, le gymnase et le terrain de football
attenant restent propriété de l’école, donc de l’Etat congolais et que
Shark Club est un simple locataire.

Le Gouverneur Kimbuta rappelle un contrat entre la RDC et la Chine

Pendant que le Ministre de l’EPS/INC recevait la délégation des
élèves dans la salle des réunions, l’importante masse restée dehors
s’était scindée en deux. Le premier groupe s’est dirigé vers la
Primature pour contacter le Premier Ministre et le second s’est dirigé
directement à l’Hôtel de Ville de Kinshasa. A la Primature, le premier
groupe d’élèves a été dispersé par la Police et n’a pu rencontrer
Matata Ponyo. Devant cette difficulté, ce groupe a décidé de contacter
directement le Gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa à son
domicile. Prévenu de l’arrivée des élèves, le Gouverneur André Kimbuta
Yango est sorti pour les accueillir et leur a demandé de rentrer à
l’école où il devrait les rejoindre. Dans l’entretemps, le deuxième
groupe qui s’est dirigé à l’Hôtel de Ville a rencontré Mme Thérèse
Olenga Kalonda, ministre provinciale en charge de l’Education. Prise
de court, elle a accepté de marcher avec ses visiteurs jusqu’à
l’Institut de la Gombe où elle est arrivée avant le Gouverneur et a su
calmer les élèves pour attendre André Kimbuta.
Celui-ci est arrivé l’institut de la Gombe en compagnie du Ministre
de l’EPS/INC. En prenant la parole, il a d’abord félicité les élèves
pour leur souci de préserver les biens de la communauté. Il leur a
assuré qu’aucune partie du terrain ne sera cédée et qu’il faisait sien
leur souci. Toutefois, il a rappelé qu’il se souvenait d’un accord
entre le Gouvernement de la RDC et la Chine pour que ce pays ami
occupe un espace là où se trouve l’Inspection générale de l’EPSP ; et
en échange, qu’elle construise pour le Gouvernement congolais un
bâtiment administratif à côté du Musée national, sur le Boulevard
Triomphal, à la hauteur de son croisement avec l’avenue Saïo.
Toutefois, il a promis de constituer une Commission d’enquête qui
comprendra la Ville, l’Ambassade de Chine, les Affaires Etrangères,
les Affaires Foncières, les Travaux publics, et il a aussi promis de
rentrer à l’Institut dans trois jours, soit le jeudi prochain, pour
livrer à tout le monde les fruits de cette investigation. Il a fait
allusion à une information qui prétend qu’il y aurait également un
responsable scolaire mêlé dans ce dossier. Si cela est vrai, a-t-il
conclu, ce dernier sera sanctionné.
SAKAZ