Insécurité à Beni : la CDC dénonce l’assassinat d’une de ses militantes

0
175

BENI Centre villeUne  militante de la Convention des Démocrates Chrétiens (CDC)  du nom de Kasoki  d’Assise a été assassinée, il y a de cela une dizaine de jours à Beni, dans des conditions non encore élucidées. A en croire les kivutiens installés à Beni, cette dame  qui devrait être mutée dans les tout prochains jours à Goma avait reçu un appel téléphonique le 22 mars 2014  d’une certaine Nicole  qui  lui demandait d’aller retirer un  courrier en provenance de Goma.    Cet appel était intervenu aux environs de 19 heures. Ne se doutant de rien, Kasoki s’était rendue au lieu du rendez-vous, à savoir, un  bar dénommé  « Sous le palmier »   et n’était plus rentrée chez elle.  Le corps sans vie de la pauvre dame a été  retrouvé  le  dimanche 23 mars 2014 dans le périmètre de l’ancienne cathédrale de Beni Paida juste à  côté   d’une école école primaire pour garçons de la commune de Rwenzori.  Agée  de 38 ans, veuve de son état, elle  laisse deux orphelins.  Jusqu’ici, aucun suspect n’a été interpellé  Le mari de Kasoki est décédé il y a trois années des suites d’un accident de circulation.   La disparition de cette dame  a créé de  l’émoi au sein de la CDC. Cadres et militants de ce parti  ne s’expliquent pas comment ce drame est arrivé.

 En sa qualité  de   président sous-fédéral de la  « CDC»/Beni, Paluku Kamukehere a haussé le ton pour condamner cet assassinat.   Sans mettre les gants, il a condamné   avec la dernière énergie la disparition de Kasoki.

            Lui et d’autres membres de la CDC/Beni, lit-on dans une déclaration ficelée par Kamukehere et ses pairs de la sous fédération et transmise au Phare hier mardi , sont préoccupés par la situation sécuritaire qui prévaut à Beni. Indignés par la disparition de leur collègue, ils ne comprennent    pas comment une ville considérée comme administrée, peut connaître un tel cas. Ils demandent aux autorités de  Beni de tout mettre en œuvre pour retrouver les coupables, de s’investir également pour la sécurité des biens et des personnes.  Ils  demandent aux kivutiens de ce coin du pays de demeurer vigilante et de ne pas cautionner cet assassinat.  Paluku qui a apposé son nom au bas de cette déclaration  est l’objet des menaces depuis  le week-end passé. Le samedi 29 mars 2014, ce cadre de la CDC a reçu des sms anonymes dans lesquels on le menace de mort.  Craignant pour sa sécurité, il a fait part de ces menaces hier mardi  1er avril 2014 au vice président national chargé des fédérations  Kasereka Kasai.

Ce dernier en a parlé le même jour  au secrétaire général de la CDC, Dikuta Munkana.

 « On croyait à un canular et comme les textos n’en finissent pas, on a compris que c’était sérieux »,a déclaré Dikuta  hier  mardi au Phare.

Et notre interlocuteur d’ajouter qu’ils se font beaucoup des soucis pour le président de la sous fédération de leur parti à Beni. Ceci dans la mesure où ces intimidations surviennent quelques  jours après le meurtre de Kasoki.

C’est dans ce sens que le secrétariat du parti a décidé d’en parler aux médias, a-t-il indiqué.

Jean-Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*