Insalubrité à Kinshasa : de la mauvaise foi dans le chef des Kinois

0
641

Il y a de cela quelques années, la ville de Kinshasa était caractérisée par une recrudescence d’insalubrité sans précédent. De  Kinshasa la belle, telle qu’appelée autre fois à juste titre par ses habitants,  la capitale de la République Démocratique du Congo s’est transformée en Kinshasa la poubelle.

         A travers ses communes, ses quartiers et ses avenues, l’on rencontrait un décor assez désolant et inquiétant. Au passage, des odeurs nauséabondes dégagées par  des immondices et des eaux usées, venant de partout, gênaient et    accompagnaient les paisibles citoyens qui empruntaient ces artères.  Conséquences : plusieurs cas des maladies à répétition (malaria, fièvre typhoïde, diarrhées,…) et de décès, enregistrés dans les ménages Kinois.

         Face à cette situation, les autorités urbaines ont réagi depuis un moment, en mettant en place un programme contre l’insalubrité, afin d’essayer de revêtir la ville de sa belle robe d’avant. Grâce à ce programme, l’on retrouve chaque jour, des équipes de journaliers qui prennent soin de balayer les artères des communes de la capitale.

         Fort malheureusement, certains kinois (vendeurs, femmes de ménage,…) qui devaient en principe soutenir cette action, se mettent plutôt au travers de cela. Ce constat désolant vient du fait que, ces personnes prennent plaisir à jeter en grande quantité sur la route publique, des déchets provenant des ménages ou des lieux de vente, avec l’idée que le service de salubrité va s’occuper du ramassage.

         C’est notamment le constat fait le long de l’avenue Kasa-Vubu, dans la commune de Kinshasa. Certaines vendeuses, principalement des arachides, trouvent bon de laisser éparpiller les déchets de leurs produits après les avoir décortiqué. Et c’est chaque matin que les passants qui longent les croisements des avenues Rwakadingi, Itaga, Dodoma,Kilosa, etc., avec celle de Kasa-Vubu, constatent la présence remarquable de cette saleté.

         De leur côté, les pauvres balayeurs sont obligés de refaire le même travail, pour éviter qu’ils ne soient mal côtés par leurs supérieurs et même par la population.

         Il en est de même concernant plusieurs canalisations servant à drainer les eaux des pluies ou à évacuer les eaux usées de la ville. Certaines sont bouchées, quelques mois seulement après leur construction ou réhabilitation. Puisque les habitants des maisons riveraines ont la mauvaise habitude d’y jeter des immondices ménagères. Suite à cet état des choses, les eaux de pluies et de ménages envahissent la chaussé au point de provoquer sa dégradation.

         L’un des cas  palpables est celui rencontré au croisement des avenues Nyanza et Itaga dans la commune de Barumbu. Pendant la nuit, certains habitants des maisons bordant cette route jettent leurs immondices dans le caniveau qui longe cette route.

         La même situation se vit dans le grand caniveau longeant le boulevard Lumumba entre l’usine de mousse Complast et la station Cohydro dans la commune de Barumbu.

Voici le témoignage d’un habitant de ce coin :

«Ce sont les habitants du quartier qui ont l’habitude de jeter la nuit, comme le jour, des immondices dans les canalisations d’eau. Malgré les multiples sensibilisations, la population se montre toujours insensible et têtue. Et ce, même quand on leur fait comprendre que c’est dans leur l’intérêt» a-t-il martelé.

         Est-ce par pure inconscience ou par mauvaise foi que les gens se comportent ainsi à Kinshasa ? Aux pratiquants de répondre!

PersideDiawaku et Myriam Iragi

LEAVE A REPLY

*