Inde : 21 étudiants congolais libérés !

0
22

7161_636582203038599_47872227_nLe feuilleton de 21 étudiants congolais arrêtés le samedi 15 juin 2013 dans la région du Pendjad, en Inde, puis transférés à la prison de Shiarpur, à environ 200 kilomètres de Jalandhar, la ville de leur résidence, ont été tous relâchés hier vers 20 heures (heure de New Delhi). Même deux de leurs condisciples qui paraissaient mal en point jusque lundi ont reçu les soins appropriés avant leur sortie de prison. En principe, leur bulletin de santé n’inspire aucune inquiétude.

La libération des jeunes détenus, apprend-on, s’est effectuée en présence du Conseiller de l’Ambassade de la République Démocratique du Congo dans ce pays, Musemwa, arrivé expressément l’avant-veille de la capitale indienne, en compagnie de l’ambassadeur François Balumwene, en vue d’assurer le suivi du dossier judiciaire de ces jeunes compatriotes.

Après s’être assuré que les 21 détenus ont bel et bien recouvré leur liberté, le Conseiller Musemwa les a fait embarquer dans un bus pour les ramener personnellement, hier soir, au site universitaire de la ville de Jalandhar, à 200 Km de leur ancien lieu de détention. Il a décidé de passer, une fois de plus, la nuit d’hier dans la ville précitée, afin de prévenir tout revirement de situation.

Selon des sources proches de l’ambassade de la RDC à New Delhi, le Conseiller Musemwa devrait tenir une causerie morale à l’intention non seulement des 21 ex-détenus mais de l’ensemble de la communauté estudiantine congolaise en Inde. On croit savoir que cette rencontre pourrait tourner autour d’une ligne de conduite à adopter en vue d’éviter des incidents du genre de celui de samedi 15 juin. L’on imagine qu’il va demander à nos jeunes compatriotes de faire très attention aux actes éventuels de provocation et surtout, de ne pas y répondre.

L’arrestation et l’emprisonnement de 21 étudiants de la RDC dans la région du Pendjad ont mobilisé, indique-t-on, toute la presse indienne ainsi que des correspondants de plusieurs médias internationaux, qui ont assisté hier à leur libération. Selon des sources policières indiennes, toutes les accusations mises à charge des incriminés, à savoir viol sur des indiennes, profanation des dieux indiens et outrage à la police, ont été annulées. Tout est bien qui finit bien, pourrait-on dire. La vive tension qui a monté entre Kinshasa et New Delhi est finalement retombée. Même les menaces de représailles de la « rue » sur les Indiens résidant à Kinshasa se sont estompées. Ceux-ci peuvent ainsi recommencer à vaquer tranquillement à leurs occupations dans la capitale congolaise, sans crainte d’être violentés.

Rappel des faits

            On rappelle que l’incident qui a failli mettre le feu aux poudres était l’agression d’un étudiant congolais, nommé Eddy Kabengele, par un groupe d’Indiens, le samedi 15 juin à un arrêt de bus. Alertés par une Congolaise témoin du passage à tabac de son compatriote, les étudiants congolais sont descendus sur le lieu en vue de mettre fin au calvaire de la victime. Selon la diaspora congolaise, la police indienne, après avoir arrêté Congolais et Indiens surpris au lieu de l’incident, a relâché tous les Indiens et conduits 21 Congolais à la prison de Shiarpour, pour y attendre un jugement sous les préventions de viol, profanation des dieux et violences sur ses membres.

Les autorités judiciaires et policières indiennes soutiennent plutôt cette dernière version, en insistant sur la barbarie et l’insoumission des Congolais à l’endroit de la police venue pour rétablir l’ordre au lieu de l’incident.

            L’affaire a toutefois fait grand bruit à Kinshasa comme à New Delhi. A Kinshasa, l’ambassadeur de l’Inde était convoqué mardi au ministère des Affaire Etrangères où il s’est fait remettre la note de protestation du gouvernement congolais, dans laquelle il était exigé la libération immédiate et inconditionnelle des 21 étudiants congolais. Du côté de New Delhi, l’ambassadeur congolais en Inde est allé déposer une note de protestation au ministère indien des Affaires Etrangères. Par solidarité avec les étudiants congolais, tous les ambassadeurs africains accrédités en Inde ont fait de même.

Parallèlement à la réaction de leur gouvernement, des Congolais de Kinshasa ont menacé, le mercredi 19 juin, d’organisation des actes de représailles contre les intérêts et les ressortissants indiens si la situation des étudiants arrêtés n’était pas rapidement éclaircie. On peut se réjouir du dénouement du dossier avant que le pire n’arrive.

Voici, à titre de rappel, la liste des 21 étudiants congolais relaxés hier par les autorités indiennes :

1.         Bienfait Kazadi

2.         Eddy Kabengele

3.         Paulin Nduba

4.         Christian Nduba

5.         Fridolin Mukeba

6.         John Kalamba

7.         Audrey Kanku

8.         Patrick Mbwete

9.         Gustave Betofe

10.      Peguy Lobo

11.      Alain Mubembe

12.      Daniel Maboso

13.      Diego Bobo

14.      Jenny Kokopa

15.      Patou Pwela

16.      Joël Vumi

17.      Andy Loko

18.      Mike Mayunga

19.      Emilia Mayunga

20.      Merveille Lume

21.      Manu Tshibuyi

Kimp

LEAVE A REPLY

*