Incidents consécutifs au jet de pierres sur l’escorte de Kabila : aujourd’hui, les ONGDH marchent pour protester

0
34

Une marche des Organisations non-gouvernementales des Droits de l’Homme (ONGDH) est projetée pour ce lundi 04 octobre 2010, ici à Kinshasa, pour protester contre la détention prolongée et illégale, depuis le 29 septembre 2010, de Me Nicole Mwaka Bondo et de Mme Madeleine Mangabu, toutes deux activistes de Droits de l’Homme et membres de l’Ong « Toges Noires » et « Marche Mondiale de la Femme ». Cette information est contenue dans une lettre ouverte, rédigée par une centaine d’Ongdh et adressée au gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa – dont une copie a été déposée à notre rédaction samedi – avec copie pour information à toutes les autorités ayant en charge la protection des Droits Humains dans notre pays. Toutes ces Ongdh s’étaient réunies vendredi pour évaluer la situation de détention de leurs collègues et mener des actions non violentes et appropriées.

          Selon «Toges Noires» les deux détenues ont été transférées, depuis le vendredi 01 octobre 2010 dans la soirée, à l’Agence Nationale de Renseignements (ANR). Elles n’ont pas l’autorisation de recevoir des visites des membres de leurs  familles, des amis ou de n’importe qui. Il est à noter que, selon la version des faits fournie par les Ongdh, Me Nicole Mwaka Bondo et Mme Madeleine Mangabu ont été arrêtées, le jour des incidents du jet des pierres sur l’escorte du Chef de l’Etat, le 29 septembre, parce qu’elles se trouvaient sur les lieux en train de faire réparer une roue de leur véhicule. Par ailleurs, les policiers qui faisaient le ratissage après le départ du cortège présidentiel ont trouvé Me Nicole causant au téléphone. Ils l’ont accusée d’avoir filmé les incidents. Mais vérifications faites, ils n’ont rien trouvé dans le téléphone. C’est ainsi que les activistes de Droits de l’Homme dénoncent  l’arbitraire et veulent qu’on leur communique l’infraction commise par leurs collègues.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*