Ibenge : six mois d’arriérés de salaires

0
438

Le sélectionneur  des Léopards, Florent Ibenge, a animé hier mardi 5 juillet 2016 une conférence de presse au siège de la FECOFA axée sur la participation de la RDC au Mundial 2018, à la CAN 2017 et à la dernière prestation des fauves congolais au tournoi de la COSAFA Cup.

Peu habitué à parler chiffres, Ibenge a dans un premier temps affirmé qu’il évite d’évoquer son problème de salaire. Et cela ne l’a jamais empêché de faire son travail. Néanmoins, il est sûr que ce problème sera réglé un jour.

Non contents de cette réponse approximative, les chevaliers de la plume l’ont sérieusement « bousculé », revenant à l’occasion sur les récents propos du patron de l’Administration des sports en RDC sur cette affaire, qu’il a avoué avoir totalisé six mois d’arriérés des salaires. Et d’ajouter  qu’il y a toute une chaîne pour voir un dossier financier trouver son dénouement. Il a précisé qu’il y a eu un dysfonctionnement peu après la signature de son second contrat de
travail avec les officiels congolais. Toutefois, il a expliqué ne pas comprendre pourquoi on s’agite autour de ce dossier et car il  a horreur de certaines pratiques maffieuses qui ont élu domicile chez nous.

Usant à la fois de la litote et des boutades, le sélectionneur des Léopards et de l’AS Vclub a indiqué à ses hôtes qu’on ne peut pas d’emblée dire que tel tirage au sort est intéressant ou difficile. « C’est manquer de respect envers ses adversaires ».

Revenant sur les résultats des matches livrés  contre  la Tunisie, la Guinée et la Libye, il a affirmé que ces pays  sont des adversaires coriaces.  Chaque équipe est capable de battre ses adversaires. A son avis, il serait préférable de faire un bon résultat lors du match de
la première journée RDC-Libye. Et que les moyens pour préparer Russie 2018 commencent à venir. Deux rencontres amicales avec des clubs européens vont intervenir avant les rencontres avec la Guinée et la Libye.

La RDC a fait jusqu’ici un excellent parcours   et un nul suffit pour se qualifier au tour final de la CAN 2017, a- t-il  fait remarquer.

Qualifiant de bobards les propos selon lesquels Meshak Elia aurait volé les effets de Bolasié, il a dit la vérité est qu’Elia n’a pas vraiment du temps de jeu dans Mazembe et qu’occupé à préparer les matches de son club en Coupe de la Confédération, Ibenge ne pouvait
pas le retenir pour le tournoi de la Namibie.

Quant aux critères qui le guident pour retenir les athlètes, il a épinglé la compétition et  la concurrence aux postes. L’athlète  doit être en jambes et enfin l’esprit de la vie en groupe.

Il a fait savoir que le pays a de nombreux ailiers de métier mais manque de joueurs de milieu aguerris ,capables de s’adapter par exemple au 4-4-2.  Au départ, a-t-il signalé, il avait présélectionné 107 joueurs gère présentement un noyau d’au moins 30 joueurs. Et puis, on n’a pas de vraies équipes d’âges  Il a cité les cas des binationaux  Masuaku, Assombalanga… prêts  à  rejoindre les Léopards.

Il a révélé avoir refusé dans le passé l’offre d’un club européen qui avait déjà gagné une coupe européenne. Et a précisé n’avoir pas quitté l’AS Vclub mais déplore la montée de la violence dans nos stades.

Jean-Pierre Nkutu