Hotel Invest : l’absence des groupes armés empoisonne les concertations

0
45

groupe armesLes travaux des concertations se poursuivent dans les Etats généraux mis en place dans l’ordonnance présidentielle de convocation. Hier mardi 17 septembre, les discussions sur les thématiques sont passées à la vitesse supérieure, à l’exception de l’Hôtel invest abritant les Etats généraux chargés du « Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement des groupes armés ».

Plusieurs langues se délient dans ces Etats généraux pour revendiquer la présence des délégués des forces dites négatives. Des membres de l’Opposition continuent à faire le pied la grue dans la concession de l’Hôtel invest pour obtenir l’implication des groupes armés.

Ils ont suspendu leur  participation dans ces Etats généraux sous réserve de l’arbitrage du présidium déjà saisi de ce point de divergence. Lisanga Bonganga, un des opposants qui s’est confié à la presse, a prévenu que l’Opposition envisage de recourir à l’accompagnement extérieur, conformément au règlement intérieur des Concertations nationales adopté par le Groupe de contact, dans l’hypothèse où le présidium n’arriverait pas à trancher en faveur de la participation des groupes armés.

Il a fait savoir qu’un accord de principe avait été trouvé pour l’implication des groupes armés dans ce processus de démobilisation et de désarmement. Pour l’Opposition, l’absence des groupes armés vide lesdits Etats généraux de toute sa substance.

Dans la Majorité, on s’en tient à l’ordonnance du 26 juin qui n’ a pas prévu la participation des groupes armés dans les Etats généraux . Le président de ce groupe thématique, Balagame, a promis qu’une solution consensuelle sera trouvée incessamment pour que tout redevienne à la normale.

Pendant ce temps, un membre de l’Alliance des Forces Populaires et Patriotiques du Congo, Jules Ziringabo, signataire de l’Accord du 23 mars, s’est invité à l’Hôtel Invest pour exiger la présence de sa plateforme, qui comprendrait 6 groupes armés actifs à l’Est de la RDC.

Il a dénoncé l’exclusion des groupes armés qui combattent les forces négatives soutenus par les pays agresseurs alors que certains délégués du CNDP devenu M23 prennent part aussi bien aux concertations nationales qu’aux pourparlers de Kampala.

Jules Ziringabo a déclaré que son alliance est en mesure d’influencer positivement le désarmement et la démobilisation des groupes armés freinés par le non respect de l’Accord du 23 mars par la partie gouvernementale.

ERIC WEMBA  

LEAVE A REPLY

*