Hôtel de Ville : le personnel politique broie du noir

0
49

Sept mois d’arriérés de salaires impayés : c’est le record que vient d’atteindre le personnel politique du gouvernement provincial de Kinshasa. La grogne est en son comble chez les conseillers et les personnels d’appoints des ministres provinciaux de la capitale. A chaque fin de mois, les mères et pères de familles qui ont accepté de servir la République dans l’ombre des animateurs de l’exécutif de la ville-province de Kinshasa sont nourris de promesses, sans lendemain, de la liquidation de leurs arriérés de salaires.

Ils sont d’autant inquiets que depuis la mise en place de la nouvelle équipe de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), il règne dans les locaux de l’Hôtel de ville comme au siège du gouvernement provincial de Kinshasa une ambiance de fin de mandat. En effet, aux dires de nouveaux animateurs de cette institution d’appui à la démocratie, les élections provinciales et locales, synonymes de renouvellement futur des assemblées provinciales, des gouvernements provinciaux, du Sénat, des exécutifs municipaux et des secteurs, devraient se tenir dans les semaines à venir.

On laisse entendre que c’est l’incertitude du lendemain qui aurait poussé les ministres provinciaux à réclamer et obtenir la libération anticipée de leurs six mois d’indemnités de sorties, transformées en crédits-véhicules. A en croire des indiscrétions échappées des couloirs des deux bâtiments de l’avenue Colonel Ebeya, les ministres provinciaux ont déjà reçu chacun une Jeep Prado pimpant neuf.

Les membres de leurs cabinets redoutent de plus en plus d’être abandonnés au bord de la route, avec des arriérés de salaires qui risquent de courir jusqu’à la fin de la mandature du Gouverneur de la ville mais aussi des indemnités de sortie impayées. En désespoir de cause, ils en appellent à qui de droit de les aider à comprendre ce qui leur arrive dans une ville où l’administration urbaine dispose de sources intarissables de recettes administratives, fiscales, domaniales et autres.

 Campagne anti-sida

à Lemba

La commune de Lemba a accueilli, le mardi 26 juin 2013, une soirée théâtrale en plein air, au terrain GD, organisée dans le cadre de la campagne nationale de prévention et de lutte contre le Vih/Sida. L’activité était initiée par l’Ong DKT International, en partenariat avec l’UNFPA et le PNMLS (Programme National Multisectoriel de Lutte contre le sida). La pièce de théâtre présentée à cette occasion devant un nombreux public était mise en scène par l’artiste-comédien Kuedi Mayimputu.

Les messages livrés pour la circonstance par les délégués de DKT International, l’UNFPA et le PNMLS s’articulaient autour des conseils pratiques relatifs à l’utilisation du préservatif, un des moyens de prévenir la contamination au Sida par voie sexuelle mais aussi d’éviter des grossesses non désirées. D’autres méthodes de prévention concernaient l’abstinence totale et la fidélité. Le public a été invité aussi au dépistage volontaire, car le test ad hoc permet à chaque individu de connaître son état sérologique.

Les différentes possibilités de contamination au Vih/Sida ont été également expliquées, notamment la transmission du virus de la mère à l’enfant pendant la grossesse, au moment de l’accouchement ou durant la période d’allaitement, les rapports sexuels non protégés avec des partenaires à risques, l’utilisation d’objets contaminés (lame de rasoir, brosse à dents).

            Guy Bongolo, membre de DKT International, s’est particulièrement illustré dans les conseils pratiques en rapport avec l’usage du préservatif. Tandis que son collègue Claude Disueni s’est investi dans l’éclairage des méthodes de prévention.

Le jeudi 27 juin, la même campagne devait se dérouler dans la commune de Bandalungwa.

Wilfried Kapongo Kadima (Stg/Ifasic) 

LEAVE A REPLY

*