Hôpital Bonzola, la chaîne de froid couvre toute la province

0
81

Pendant la seconde phase de la Campagne contre la poliomyélite amorcée le 25 novembre 2010 pour trois jours – du 25 au 27 novembre 2010 – sur l’ensemble du territoire national par le gouvernement de la République, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef), de l’OMS, de la Fondation Bill et de Melinda Gates, la province du Kasaï-Oriental se bat pour l’éradication de la pandémie de la poliomyélite, à l’instar de toutes les autres provinces de la Rd Congo qui ont vécu la première phase de cette campagne : Bandundu ; Nord et Sud Kivu ; Kasaï-Occidental ; Orientale ;  Maniema ; Katanga et Equateur. 

          Parmi les conditions sine qua non pour le succès de cette campagne, il y a la sauvegarde, sans faille, d’une chaîne de froid qui maintient les antigènes en vie pour favoriser l’immunité nécessaire dans le corps de l’enfant ou de toute personne vaccinée en vue d’éviter la maladie. 

Dans la province du Kasaï-Oriental cette chaîne de froid prend sa source à l’Hôpital Bonzola, où les antigènes sont gardés jour et nuit pour toute la province dans une chambre froide et dans plusieurs congélateurs fonctionnant sans interruption 24 heures sur 24. Et le gardien de ce temple des antigènes pour la santé des enfants et des femmes enceinte s’appelle Dr Fred Bulobo. Il est le Médecin Chef d’Antenne PEV (MCA).

          Il a rencontré le vendredi 26 novembre l’envoyé du journal Le Phare et lui a expliqué le quotidien de son travail pour une meilleure compréhension de l’opinion. Pour qu’un vaccin produise l’effet escompté sur le corps d’un enfant, il est impérieux qu’il soit gardé au froid, jusqu’au moment de son administration, à une température fixe. Pour cela, précise Fred Bulobo, il faut un bon fonctionnement de la chaîne de froid. Exhibant un accumulateur du froid – en fait une bouteille en plastique en forme rectangulaire qu’on remplit d’eau pour la congélation dans la chambre froide – le médecin explique qu’il est utilisé dans les glacières pour garder la chaîne de froid jusque dans les aires et zones de santé les plus éloignées. Ces accumulateurs congelés sont complétés, dit-il, par des blocs de glaces formés dans des sachets en plastiques. 

Sur 1.5000 accumulateurs disponibles, 7.784 satisfont les besoins des glacières de vaccins 

          Dr Fred Bulobo soutient que les blocs de glace résistent mieux à la chaleur que les accumulateurs congelés et permettent aux glacières de vaccins de sauvegarder la température idéale et aux antigènes d’arriver en parfaite condition dans les aires de santé les plus reculées du Kasaï-Oriental pour une meilleure réussite de la campagne. Actuellement, précise-t-il l’antenne Pev de l’Hôpital Bonzola dispose  de plus de 15.000 accumulateurs ; mais les besoins réels pour équiper les glacières de la campagne sont de 7.784 accumulateurs congelés. Pendant cet entretien avec la presse, il a accueilli Jean Muteba, un superviseur de l’aire de santé Tshishimbi, à 14 kilomètres de Mbuji-Mayi et Placide Tshibalanga, de la zone de santé de Mukumbi (Centre  de santé rurale de Kamaleka), à 15 kilomètres de Mbuji-Mayi, qui avaient amené leurs glacières sur des motos pour s’approvisionner en vaccins, en vitamines A et en mebendazole pour le déparasitage des enfants.

          Les deux superviseurs ont abondé dans le même sens que le Médecin chef d’Antenne Pev sur la différence de  résistance contre la chaleur entre les accumulateurs congelés et les blocs de glaces mis dans les sachets. Ils ont également expliqué la procédure qu’ils suivent dans leur travail de superviseurs de la campagne. 

SAKAZ (Notre envoyé spécial à Mbuji-Mayi)

LEAVE A REPLY

*