Hommage du doyen du Groupe parlementaire UDPS & Alliés à Tshisekedi

0
198
Des députés de l’opposition congolaise, le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, lors de la présentation du programme du gouvernement à l’Assemblée nationale par le Premier ministre Matata Ponyo Mapon. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Des députés de l’opposition congolaise,  le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, lors de la présentation du programme du gouvernement à l’Assemblée nationale par le Premier ministre Matata Ponyo Mapon. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Des députés de l’opposition congolaise, le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, lors de la présentation du programme du gouvernement à l’Assemblée nationale par le Premier ministre Matata Ponyo Mapon. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Nous, députés nationaux élus  et membres du groupe parlementaire UDPS & Alliés, avons appris avec consternation et émotion la mort de notre leader, le président Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA, affectueusement appelé ‘’Ya TSHITSHI’’, ce 1er Février 2017.

Figure emblématique de l’opposition congolaise et symbole de la résistance à la dictature de Mobutu et aux régimes des Kabila père et fils, Etienne TSHISEKEDI, et sa légendaire intransigeance, aura rythmé la vie politique de plusieurs générations des Congolais. Il incarnait à lui seul toute une Ecole voire l’idéal de la politique en RD Congo, car la majorité des politiciens actuels sont passés sous son encadrement.
Nous restons cependant, désolés que de Mobutu à Kabila, l’opposant Historique Etienne TSHISEKEDI n’ait jamais pu accéder à la magistrature suprême ou du moins à en exercer l’impérium. Il ne verra pas non plus la transition politique qui se met difficilement en place au Congo, pour laquelle il aura sacrifié toute sa vie et qu’il devait normalement diriger.
Nous rendons un vibrant Hommage à ce grand Homme d’Etat que l’on peut classer parmi les icônes politiques que le monde moderne aura connues.
En effet, avec Ya Tshitshi, on a quitté l’histoire pour le sacré. De son vivant déjà, il a été considéré par plusieurs comme un demi-dieu, un prophète voire un messie qui, dommage, n’aura pas achevé sa mission.
            Ce qui distingue le divin de l’humain, c’est son pouvoir sans limite, au-delà de l’humain, justement. Jésus ressuscitait les morts, Bouddha lisait dans les pensées. TSHISEKEDI a su affronter sans peur n’importe quel régime pour l’avènement de la démocratie et d’un Etat de droit en RD Congo.
C’était tout simplement impensable. Il n’a pas su reculer devant les brimades, les arrestations, les emprisonnements et les relégations arbitraires.
            Dès lors, d’aucuns se rendent compte qu’il a eu à jouer le rôle de Moïse dans la Bible, celle de libérer le peuple Juif pour la terre promise qu’il n’aura pas palpée de ses sens. Comme Moïse, il a libéré le peuple congolais de la dictature et du totalitarisme pour l’Etat de droit et de démocratie qu’il n’aura malheureusement pas vécu et connu de son vivant.
            TSHITSHI avait toujours un temps d’avance sur les autres Congolais, c’est ainsi qu’on le comprenait toujours en retard. Il avait une confiance en lui et en son leadership plutôt rare chez les Congolais, en artie nourrie par son éducation de prince.
            Il savait que la confiance en soi ne suffit pas pour fabriquer l’ethos qui
transporte les montagnes. Il devait gagner et garder la confiance de ses soutiens (il co-crée l’UDPS) et l’affection du peuple (le pathos) pour être suivi.
            Il partage avec Martin Luther King, la lutte non-violente et l’art du discours. L’un comme l’autre savaient trouver les mots qui frappent, touchent au cœur et dessinent un avenir où l’on a envie d’aller.
            Avec Nelson MANDELA, il partage la patience et l’opiniâtreté, vertus majeures des leaders. Car, comme l’a écrit le philosophe allemand NIETZSCHE : «Tout ce qui ne tue pas rend plus fort».
            Néanmoins, après la mort du chef, plusieurs questions restent en suspens.
            Qui prendra le leadership au sein de l’UDPS, le parti qu’il a fondé en 1982 ? Qui présidera le Rassemblement, la plateforme d’opposition créée autour de lui et les autres ? Que fera son fils, Félix, qui se serait bien vu prendre la tête du nouveau gouvernement de transition ?
            La disparition du lider Maximo, Etienne TSHISEKEDI augurera certainement de nombreux repositionnements politiques. C’est pourquoi, nous mettons en garde toute personne qui travaillerait à l’éclatement entre les différents courants au sein de l’UDPS.
            Nous insistons que l’UDPS est un Parti organisé et régi par des textes.
Ainsi, nous lançons un vibrant appel aux autorités du parti, entre autres l’Honorable Félix TSHISEKEDI, Monsieur Valentin MUBAKE et le Secrétaire Général du Parti ensemble avec les élus du Parti à travailler pour l’unité et la réconciliation des différentes tendances au sein du Parti. C’est à eux qu’incombe désormais la lourde tâche de recoller les morceaux entre les différents micros-partis proches de l’UDPS.
            Ils devraient relancer la Convention démocratique du Parti et récupérer tous les anciens militants et cadres.
            Puisse la mort de notre leader cimenter davantage les liens d’unité au sein de notre parti de qui nous retenons le slogan qui fait d’office sa philosophie : «le peuple d’abord».
            Enfin, nous présentons à tout le peuple congolais, à toutes et à tous nos
condoléances les plus attristées !
            Que l’âme du lider maximo repose dans la paix éternelle auprès de notre
Seigneur Jésus-Christ !
            Et que vive l’UDPS !
Je vous remercie !
Doyen PALUKU KAVULA André
Député National,
Secrétaire du Parti
Chef de Mission du Président National de l’UDPS,