Héritiers Simba Fils : des secrets de famille étalés sur la place Publique

0
101

 

Les héritiers du feu célèbre homme d’affaires Simba Mavova ont décidé d’étaler leurs histoires de famille sur la place publique. Accusé de faux et usage de faux, Mpova Véronique, présentée comme l’une des épouses de feu Mavova « Simba Fils » a assigné à son tour Jean Nsimba Joanne et Gode Mavova respectivement frère et fille de cuju au Tripaix de Ndjili pour défaut de qualité.  D’autant plus qu’on n’a pas encore recensé formellement  tous les héritiers potentiels du défunt.
L’instruction de cette affaire enregistrée sous le numéro RP 1249 a eu lieu hier jeudi 31 mai 2012. 
La salle d’audience du Tripaix de Ndjili a refusé du monde. Ceci dans la mesure où les habitants de Tshangu ont voulu en savoir un peu plus sur ce feuilleton.
Très combattifs, les avocats de la partie citante ont fait observer que les cités prétendent être les héritiers légitimes du de cujus. Et pourtant, le juge Kalamata, désigné récemment  comme le liquidateur, est mieux placé pour recenser tous les héritiers potentiels.  Les cités devraient attendre les conclusions du liquidateur pour faire prévaloir leur qualité d’héritiers.  En outre, ils attaquent la carte d’identité présentée par Jean Nsimba et versée au tribunal. Et dans laquelle, on voit que le défunt avait  deux épouses (Mayamba et Kunzeka).
Le droit congolais est monogamique.  Il est inconcevable d’avoir les noms  de deux épouses sur une carte d’identité, ont-ils souligné.
Curieusement, les deux épouses en question ne se plaignent pas.  Seuls, les deux cités s’agitent. Dans leur réplique, le député honoraire Alain Makhana et ses pairs ont fait remarquer que l’attestation de mariage détermine mieux le statut de la femme. Et cela en lieu et place de la carte de citoyen.
«Dans la citation, l’autre partie souligne clairement que Jean Nsimba est le frère du de cujus. Comment peut-elle maintenant alléguer le contraire ? » a souligné le conseil des cités.
Jean Nsimba a été amené un jour à trouver dans une valise appartenant au de cujus, la carte de citoyen en question. Makhana a admis le  caractère monogamique du droit congolais.
Et d’indiquer qu’ayant trouvé cette pièce, ils l’ont amenée au tribunal pour que le juge puisse tirer cette affaire au clair. 
Le de cujus était marié coutumièrement à Mayamba. Et pourtant, dans les certificats d’enregistrement de huit parcelles laissées par le défunt, c’est le nom de Kunzeka qui est repris.
Alain Makhana et consorts ont dit avoir reconnu ces erreurs.
De son côté, la prévenue Gode a dit qu’elle est la fille de Kunzeka. Mayamba est la seconde épouse.  Jadis, employée de mon père, Véronique Mpova est devenue ensuite une concubine de Simba Fils. Et comme, elle ne pouvait pas rester dans la même parcelle que les deux conjointes citées ci-haut, elle a été placée sur avenue Commercial, quartier 7 , Ndjili.
Jean Nsimba est le demi-  frère de mon père, a-t-elle souligné. Et d’indiquer que les enfants de Simba Fils sont au nombre de 26.
L’assistance s’est régalée du trouble de Jean Nsimba qui a dit avoir vu le jour en 1949. Et sa demi-sœur deux ans avant. Mais en réalité, c’est lui l’aîné.
Mbongo Nsimba a  dit ne rien connaître de la cohabitation entre Mpova et son défunt frère. Qui a tout de même adopté l’enfant que Mpova a eu avant de cohabiter avec lui.
Mpova a déclaré être une des épouses du de cujus. Elle a  dit qu’elle voyait Jean Nsimba venir chez eux. On le présentait comme un vague membre de famille de Simba Fils.
La plaidoirie interviendra le jeudi 7 juin 2012.
 
Jean- Pierre Nkutu  

LEAVE A REPLY

*