Hausse des tarifs de l’internet : le Collectif 24 monte au créneau

0
213

La hausse du prix de l’internet continue à créer des remous au sein de la communauté congolaise. Face à cette situation, le Collectif 24 a organisé, le vendredi 1 juillet 2016, une journée de réflexion sur la gouvernance de l’internet en République Démocratique du Congo, sous le thème : «Impact de la tarification de l’internet sur l’accès à l’information, liberté d’expression et médias en ligne ». C’est la salle de conférences de la paroisse Sacré-Cœur de la Gombe qui a servi de cadre à cette réunion.

Objectif visé : définir les stratégies qui promeuvent l’accès à l’internet pour tous en général, et comme objectifs spécifiques, analyser la situation actuelle de la gouvernance de l’internet en RDC ; analyser l’impact de la tarification exorbitante de l’internet sur l’accès l’information, la liberté d’expression et des médias en ligne ; définir les actions citoyennes et législatives susceptibles d’améliorer la gouvernance de l’internet en RDC par un prix acceptable et, enfin, amener les participants à s’approprier la charte de bon usage de l’internet.

Les cérémonies d’ouverture  et de clôture étaient présidées par Henry Christin Longendja, secrétaire exécutif du Collectif 24. Ces travaux étaient organisés avec l’appui financier de l’Internews. Dans son mot, Henry Longendja s’est posé deux questions pertinentes, celle de savoir quel ministère gère les prix de l’internet d’une part, et, d’autre part, quel est impact de la hausse du prix de l’internet sur les taxes de communications ?

De son côté, le représentant de l’Internews a fait savoir que l’internet est un outil de travail. Aujourd’hui, l’on ne peut s’en passer, d’où, l’importance pour la société civile et les organisations d’appui à la démocratie, de trouver une voie de sortie de cette situation, étant donné que l’internet fait aussi partie des canaux d’information, et de porter haut, le droit d’accès à l’information.

 Au cours de cette journée, les échanges entre les intervenants et les participants devaient répondre à certaines questions. Qu’est-ce qui est à la base de cette augmentation du prix de l’internet ? Quel est l’impact de cette tarification sur l’accès à l’information ? Comment les sociétés procèdent-elles à une tarification juste permettant à tous d’accéder à l’internet ? Quels sont les instruments de régulation que l’autorité utilise ? Est-ce que la tarification est juste en rapport avec la consommation ? Quelles sont les actions citoyennes et législatives à mener pour améliorer la gouvernance de l’internet et garantir son accès à tous ?

Résolutions et recommandations

Après des échanges fructueux, les participants ont formulé comme grande recommandation, que toutes les organisations puissent se mobiliser. Notamment l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), l’Observatoire des Médias Congolais (Omec), le Collectif 24 et autres, afin qu’elles puissent forcer les pouvoirs publics à résoudre ce problème de hausse de prix, parce que les entreprises de télécommunications n’ont pas obéi à l’ordre du gouvernement leur demandant de baisser le prix de l’internet.

Dans un autre chapitre, les participants ont pris la résolution de mener des actions concrètes, notamment, envoyer la charte élaborée à partir du cahier de charges aux différentes institutions étatiques, telles que la présidence, la primature, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), le ministère de Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (PTN-TIC), Autorité des Régulations des Postes et Télécommunications au Congo (ARTPC), etc.

                                                                                             Dorcas NSOMUE