Guides «Petit Futé» RD Congo d’ici peu sur le marché

0
43
Après un ballon d’essai en 2006 et une seconde édition  quatre ans plus tard, le belge Philippe Wyvekens vient d’éditer le « Petit futé » Kinshasa et RD Congo 2012 -2013.   Médard Tambwe, consultant en tourisme et Caroline Thirion, passionnée de la RDC ,  en  sont les auteurs.
 
Conçus comme des guides pratiques pour des touristes en séjour en RDC  et même pour  des congolais,  ces deux brochures, abondamment illustrées,  ont été lancées officiellement le samedi 16 juin 2012 au Centre Wallonie Bruxelles. Elles seront en vente d’ici peu. Témoin de l’événement : Ruffin Bayambudila, le ministre provincial des Transports, Tourisme, Culture et Arts.
« L’idée d’éditer un guide pour les touristes à destination de la RDC date de longtemps. A l’époque, on me regardait de travers. A force de persévérance , mon rêve s’est réalisé en 2006 », a dit d’emblée Philippe Wyvekens. Et d’indiquer qu’avec 264 pages supplémentaires  pour le « Petit futé » Kinshasa,  la troisième édition est complètement actualisée. A l’en croire , le Congo   avec sa faune et sa flore, sa grande diversité culturelle et bien d’autres atouts commence à faire rêver. Mais tout n’est pas gagné.
Il  y a des pesanteurs comme : la concurrence des destinations, l’insécurité dans certains coins de la RDC, les carences en formations ( métiers du tourisme), les tracasseries, le coût élevé des vols…..
Les touristes désireux de sortir des sentiers battus, la diaspora congolaise soucieuse de retrouver la mère patrie, la clientèle business et les Congolais vivant au pays peuvent se servir de ces guides, a-t-il souligné.
 
Un travail fouillé
 
« Petit futé » RD Congo contient plus de cinq cent pages. Ici, Tambwe et Thirion ont parlé  de manière détaillée  des provinces de la RDC. Et un peu moins  de Kinshasa. L’Equateur apparaît comme le coin le plus mal « loti ». Ils se sont intéressés à  l’histoire, l’économie, à l’art, à la culture, à la géographie, aux médias congolais… Mais aussi   aux  périodes sombres de notre histoire…  Le lecteur potentiel du guide  prend d’abord connaissance de la fiche technique du pays. Il voit ensuite comment quitter un coin du pays pour  l’autre. Et « apprend » le sens réel  des mots clés comme cinq chantiers, «bureau», «delestage», «shégué», «Mario»… 
Les  deux auteurs retracent les grands moments de la littérature en RDC , de notre cinéma ,  les divers courants  de la musique congolaise. 
  En parcourant les guides édités par Wyvekens, des touristes à destination  de  la RDC apprennent  les rudiments du swahili, lingala…. Ou encore ont  une  banque des données sur bien d’indications relatives à leur séjour dans la capitale ou en provinces.
Dans « Petit futé » Kinshasa, les deux auteurs parlent de tout : les communes kinoises, les habitudes alimentaires des kinois,  les jeux,  et loisirs, l’urbanisme, les «nganda», «malewa» ( restaurants de fortune)…
 
Susceptibilités
 
Peu prolixe, Médard Tambwe a indiqué qu’ils ont bénéficié du concours de plusieurs personnes pour réaliser ces brochures. Néanmoins, ils ont privilégié le travail de terrain pour recouper les informations reçues. Caroline Thirion, auteure d’un livre sur Lumumba, s’est occupée surtout de la partie orientale du pays.
Répondant aux questions des journalistes sur les raisons l’ayant poussé à mettre sur le marché ces brochures, Philippe Wyvekens a révélé  qu’il s’intéresse depuis des lustres à l’édition des guides pour touristes. Après avoir expérimenté les guides thématiques, il s’est orienté vers l’Afrique ( guides sur le Bénin, l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Afghanistan). Il a précisé avoir un penchant pour les pays jugés difficiles.  Les touristes soucieux de venir en RDC ne connaîtront pas les mêmes facilités rencontrées ailleurs. Toutefois, ils peuvent mieux préparer leurs voyages  au Congo, s’ils le désirent.
Il a signalé avoir été d’abord des dossiers qui fâchent dans leurs ouvrages.  «On a surtout fait état des points positifs. Ceci pour confondre certains médias occidentaux qui se servent des raccourcis pour décourager des potentiels touristes à venir en RDC». En raison de son arrivée tardive au CWB, Caroline Thirion n’a pas du tout parlé.
Appelé à baptiser ces livres, Ruffin Bayambudila a félicité Philippe Wyvekens et consorts pour avoir abattu un travail de qualité. Ces ouvrages vont combler le déficit en matière des guides pour touristes.  Et vont donc être d’un grand apport au domaine du tourisme , a-t-il souligné.
 
Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*