« Guerre » des pierres hier entre partisans de Kamerhe et de Fayulu

2
450

Les nerfs ont lâché, hier lundi 12 novembre 2018, dans les rangs des partisans des partis politiques l’opposition au lendemain de la désignation de Martin Fayulu comme candidat commun pour la présidentielle du 23 décembre 2018, par un groupe de 7 leaders de
cette famille politique.

Un des temps forts de cette journée a été l’affrontement, à coups de pierres et autres projectiles, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la communauté de Kasa-Vubu, entre les militants de l’Ecidé de Martin Fayulu et de l’UNC de Vital Kamerhe devant les sièges de leurs partis, situés dans le même périmètre.

Selon les informations reccueillies sur le lieu, les sympathisans de
Kamerhe protestaient contre la désignation de Martin Fayulu comme
candidat commun de l’opposition tandis que ceux de Fayulu qui se
réjouissaient du choix porté sur leur leader par ses pairs de
l’opposition à Genève.
La « guerre » était si sérieuse que la police a dû intervenir pour
calmer les esprits.
Arrivé peu après les incidents, le porte-parole de l’interfédérale de
l’UNC/Kinshasa a, dans une déclaration lue sur place devant la « base
» de son parti, demandé à Vital Kamerhe de  retirer sa signature du
document adopté à Genève et proclamant Martin Mayulu candidat commun
de l’opposition.
Pour Celé Yemba, Fayulu n’a aucune base pour porter les couleurs de
l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018. Il a souligné
que le candidat commun devait être trouvé à l’issue des concertations
entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.
Celé Yemba a révélé que la « base » de  l’Union pour la Nation
Congolaise est en pourparlers avec celle de l’UDPS pour soutenir le
candidat commun qui sortira u deal politique entre leurs chefs de
file, à savoir Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi.
Aussitôt après ce message, le porte-parole de l’Interfédérale de
l’UNC à Kinshasa a pris la direction du siège de l’UDPS, à Limete,
pour apprêter une déclaration commune de l’opposition contre le
compromis politique signé dans la capitale suisse faisant de Martin
Fayulu candidat commun de l’opposition pour la présidentielle du 23
décembre 2018.
En dépit de cette montée de boucliers contre leur leader, les
partisans de Martin Fayulu continuent de soutenir que le précité est
l’homme de la situation pour conduire toute l’opposition à la victoire
finale le 23 décembre.
Le secrétaire exécutif de la Dynamique a rappelé que Fayulu a été
choisi par les 7 candidats de l’opposition sous la facilitation de la
Fondation Kofi Annan.
Prince Epenge a appelé les uns et les autres à maîtriser leurs états
d’âme pour soutenir Martin Fayulu, afin de permettre à l’opposition de
remporter le scrutin présidentiel prévu le 23 décembre 2018.
ERIC WEMBA
COMMUNIQUE DE L’UNC/VILLE
DE KINSHASA
C’est avec stupéfaction que nous avons accueilli la désignation de
Monsieur Martin Fayulu comme Candidat Commun de l’Opposition au terme
de la rencontre des leaders de l’Opposition Genève, en Suisse.
Pour la base UNC/Kinshasa, furieuse, ce choix n’est pas à la hauteur
des enjeux politiques de l’heure et ne correspond nullement aux
attentes populaires  que sont l’alternance démocratique et le
développement à l’issue des élections générales de décembre prochain.
Aussi, sur le plan de la forme, la base UNC/Kinshasa dénonce la
malice des organisateurs qui ont délibérément séquestré les différents
leaders pour les couper de leurs bases respectives afin de les
empêcher de s’appuyer sur elles pour asseoir leurs décisions finales
qui d’ailleurs les obligeraient.
Au demeurant, pour l’UNC/Kinshasa, cette désignation est nulle et de
nul effet car Vital Kamerhe demeure notre unique candidat à la
présidentielle.
Enfin, la base UNC/Kinshasa relève que cette désignation n’a pas
respecté les termes de référence convenus entre les différentes
organisations de l’Opposition congolaise à Johannesbourg, en Afrique
du Sud ; particulièrement les points relatifs aux critères de
désignation du candidat commun.
Pour rappel, il était entendu, entre autre points, ce qui suit :
1. Le candidat devait avoir la capacité de fédérer les forces de
l’Opposition pendant et après le processus électoral.
A l’évidence, Monsieur Fayulu ne correspond pas à ce profil.
L’indifférence  qui a accueilli sa désignation sur l’ensemble du pays,
Kinshasa compris, et les réactions hostiles observées dans les
états-majors des grands partis de l’Opposotion en est la preuve;
2. Le candidat devait disposer d’une force d’organIsation dans le pays
pour conduire une campagne présidentielle.
Le candidat Fayulu ne dispose pas de cette organisation à travers le
pays; son parti ayant une sphère de rayonnement très limitée.
3. La désignation du candidat commun devait tenir compte de la densité
du réseau des candidats présentés par son organisation aux élections
législatives, provinciales et nationales.
Monsieur Fayulu, son parti et sa plate-forme n’ont pas la densité
voulue des candidats à ces différents scrutins;
4. La désIgnation du candidat commun doit tenir compte de la tendance
générale au sein de l’Opposition. Monsieur Fayulu n’est pas le
candidat le mieux représentatif de l’Opposition.

Au vu de ce qui précède, l’UNC/Kinshasa proclame :
1. Le rejet en bloc de cette désignation qui a tout d’un hold-up
destiné à privilégier d’autres agendas qui ne sont pas nécessairement
en phase avec la volonté du peuple congolais en général, et kinois en
particulier ;
2. Vital Kamerhe demeure notre seul Candidat Président de la
République conformement aux prescrits du Congrès de l’UNC;
3 Nous invitons les autres partis de l’Opposition engagés dans le
combat pour l’aIternance et la consolidation de la démocratie dans
notre pays, à créer un Front républicain et des stratégies innovantes
pour gagner les élections.

Fait à Kinshasa, le 12/11/2018
Molendo Sakombi
Secrétaire Interfédéral/Kinshasa

2 COMMENTS

Comments are closed.