Guerre de l’Est : le scandale !

0
40

monuscoGoma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, était en ébullition ce mercredi 26 novembre 2014. Des casques bleus de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), ont été appréhendés  à l’aéroport de Goma transportant un colis de tenues militaires  des forces armées de la RDC(FARDC), particulièrement celles de la Garde Républicaine. A en croire des sources locales, ces soldats de la «paix», tous ukrainiens, étaient aidés dans leur besogne par des complices locaux. Les mêmes sources révèlent que, outre les uniformes militaires, des pistolets ont été aussi trouvés dans leur gibecière. « Ils ont d’abord voulu faire croire que le paquet en question contenait une ration du PAM. Après une vive discussion, le ton est monté et les FARDC se sont imposés, les doigts sur la gâchette. Quand le pot aux roses a été découvert, l’interprète congolais des soldats de la Monusco a proposé la somme de 5000 dollars aux éléments de la Garde Républicaine, sans succès ! » a rapporté le journaliste Magloire Paluku de la radio Kivu 1, basée à Goma.

 En un temps, deux mouvements, tous ces soldats ukrainiens ainsi que leurs complices ont été placés dans une fourgonnette UN immatriculé 50021, avant d’être conduits, sous le chahut de la population, loin de l’aéroport pour une audition.

Informé de cette situation, le général Santos Cruz, numéro 1 de la Force de la Monusco, a fait une descente urgente à la base de la 34ème Région militaire afin de s’enquérir des détails de l’affaire. Sur fond de tension, rapporte-t-on, avant d’être reçu par le général Emmanuel Lombe, le général Santos Cruz s’est fait désarmer. Il était lui-même précédé sur ce lieu par le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, porte-parole militaire de la Mission onusienne.

Enquête vivement souhaitée

 Il convient de noter que ce scandale survient au moment où l’opinion nationale congolaise est secouée par une série de carnages perpétrés dans la partie Est du pays, à Beni précisément, par des gens armés non encore clairement identifiés, mais déclarés ADF-Nalu. Certains témoignages indiquent plutôt que ces assaillants qui ont massacré plus de 200 personnes en un mois, portaient des uniformes des FARDC, jetant ainsi le trouble au sein de l’opinion.

Imputée co-responsable de ces tueries par la population, la Monusco s’était elle-même engagée à mener des enquêtes afin de faire sanctionner les coupables. Malheureusement, c’est dans son propre jardin que les «cadavres» sont découverts…

  En attendant une véritable enquête pouvant éclairer l’opinion publique déjà scandalisée, plusieurs sources ont révélé que ce trafic était soupçonné depuis longtemps. C’est ce mercredi 26 Novembre2014 que le réseau vient d’être démantelé.

Rappelons aussi que c’est depuis des lustres que divers observateurs témoignaient sur le port des uniformes des FARDC par les ennemis de la patrie. Que ce soit les éléments du Congrès national pour la défense du peuple(CNDP) de Laurent Nkunda, Sulutani Makenga et Bosco Ntangada ou encore le Mouvement du 23 mars(M23), toutes ces rébellions s’approvisionnaient régulièrement des tenues militaires des forces loyalistes sans que l’on sache exactement leur provenance.

Jusqu’au moment où nous mettions sous presse, toutes nos tentatives d’obtenir un éclairage de la Munosco se sont révélées vaines.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*